This is Julien POLAT's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Julien POLAT's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Julien POLAT
Né le 7 décembre en 1984 à Marcq-en-Baroeul (Nord), je suis diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques et de l'Ecole Supérieure de Commerce de Grenoble. Je me suis engagé au RPR en 2001, à l'âge de 17 ans, et j'ai ensuite poursuivi mon activité militante à l'UMP. Secrétaire Départemental Adjoint de la Fédération UMP 38 depuis 2006, j'ai été vice-Président exécutif de cette même Fédération entre 2007 et 2009. Sur le plan professionnel, je suis Directeur de cabinet d'une commune du département de l'Isère, aux portes de l'agglomération grenobloise, depuis 2008.
Interests: grappling, vie politique française locale et nationale. sports de combat (mixed martial arts, jiu-jitsu brésilien). musique (rap français essentiellement). pêche à la ligne. lecture.
Recent Activity
@ Claude : Cher Monsieur, Je suis ouvert à toute critique, à la condition qu'elle soit constructive. En l'occurrence, vous rebondissez sur une note qui évoque un sujet départemental pour me reprocher de ne pas évoquer suffisamment la campagne présidentielle... alors que les 3 billets qui précèdent sont justement consacrés à la défense du bilan du Président Nicolas Sarkozy ! Nous assurons des opérations de collage sur l'ensemble de la 9ème circonscription et sur le reste du département plusieurs fois par semaine ; cela fait maintenant 3 semaines que nous sommes présents sur les marchés de Voiron, Voreppe, Rives, Moirans, Tullins, Saint-Marcellin, en étant également passés par Renage et Vinay. ; nous avons transporté près de 60 militants depuis Voiron pour participer au meeting du Président à Lyon, et une bonne partie d'entre eux à Villepinte ; des distributions dans les boîtes aux lettres sont organisées ponctuellement, et nous en planifions dans les gares aux heures d'affluence. Mais tout ceci nécessite des bonnes volontés bénévoles que nous n'avons jamais en surnombre ! Puisque vous êtes très critique sur la situation actuelle, j'imagine que vous êtes également très volontaire. Dans ce cas, je vous donne rendez-vous demain matin à 9h00 sur le marché de Voreppe, où je serai présent afin de vous joindre à nous pour la distribution. Pour le reste, je regrette comme vous la multiplicité des candidatures, et je pense que la seule règle valable en la matière est de s'astreindre avec discipline au choix effectués par le parti dont on est membre. Ce que j'ai fait moi-même en m'inscrivant fidèlement dans le processus d'investiture de l'UMP. En ce qui concerne la 9ème circonscription, le climat n'est pas celui que vous décrivez. Claude Mahier et Anne Gerin ne sont pas pour autant mes adversaires. Nous nous connaissons et apprécions tous les trois. Il n'y a donc pas de querelle. Prenez contact avec moi si vous souhaitez participer à la campagne de Nicolas Sarkozy comme vous l'énoncez dans votre propos. A défaut, je serai forcé de croire que votre message n'a pour seul but que de générer un trouble artificiel à destination du "microcosme". Car tout ce que vous évoquez n'est assurément pas la préoccupation du "grand public" que je rencontre. Bien cordialement, Julien Polat
@ Pa. Sa., Je viens de refaire une modification des commentaires qui devrait régler définitivement le problème. On arrivera à ce que vous voulez ! Je comprends votre volonté qui est légitime. Bien cordialement, Julien Polat
@ Pa. Sa. : Chère Madame, Je viens de modifier le contenu de la note afin de ne faire figurer que des initiales. Google devrait prochainement prendre en compte cette modification. Bien cordialement, Julien Polat
@ François Pignon : Je dois avouer que je trouve votre message particulièrement représentatif du malaise qui existe en France au sujet de l'emploi. Bien entendu que les 500 000 offres d'emploi non pourvus intègrent probablement des propositions d'emplois à temps partiel ! Mais je ne comprends pas ce qui vous incite pour autant à mépriser ces propositions comme s'il s'agissait de "sous-emplois" ou de choses dégradantes. Tout d'abord, je connais bon nombre de gens qui exercent des temps partiels, et qui sont heureux de la possibilité que cela leur offre de consacrer le reste de leur temps à des charges familiales, à du temps personnel qui correspond parfois à un choix de vie, ou à des contraintes qu'elles doivent assumer en parallèle. Je fréquente aussi des gens qui cumulent plusieurs temps partiel, et qui sont satisfaits de l'équilibre qu'ils ont ainsi trouvé. Ensuite, nous devons rompre avec la logique qui consiste à considérer que des emplois sont trop peu valorisants pour être exercés, ou indignes s'ils sont à temps partiel, car c'est un raisonnement qui pousse à conforter la désinsertion professionnelle, alors que nous avons au contraire besoin de permettre au plus grand nombre de reprendre contact avec le monde du travail. Pour beaucoup de gens, un temps partiel sera une alternative au chômage, et c'est déjà mieux que rien. Pour d'autres, ce sera surtout l'opportunité transitoire de renouer avec un temps plein, puis un CDI, et donc une porte de sortie de la précarité. Alors certes, j'aimerais comme vous que toutes les offres d'emploi puissent être des CDI à temps plein, hautement productifs et donc créateurs de richesse, dans des entreprises assurément pérennes et qui ne sont pas menacées par des perspectives de fermeture ou de délocalisation, et rémunérés à hauteur de 5000 € par mois (nets si possible). Mais nous ne sommes pas dans un univers idéal, et il nous faut composer avec les contraintes du monde réel. Et croyez-moi, face à la précarité du quotidien, un emploi à temps partiel peut parfois faire le bonheur de quelqu'un qui cherche à reprendre pied avec le monde du travail. Votre mépris n'est donc pas justifié.
@ Pierre : Je note en tous cas qu'elle doit être adepte de la "méthode Coué", car elle pose publiquement autant de garde-fous que possible pour éviter que le scénario du retour d'André Vallini ne se produise ! :-) En ce qui concerne le débat démocratique, je demanderai à ce qu'il puisse avoir lieu publiquement et de manière contradictoire aussi souvent que possible. Vous savez pouvoir me faire confiance là-dessus...
@ Pierre : Oui... Enfin je note tout de même que depuis maintenant quelques mois, les groupes que vous citez travaillent main dans la main, défendent des positions communes, et animent des conférences de presse ensemble pour défendre les mêmes positions. Le seul obstacle qui demeure à l'établissement du "débat démocratique" que vous appelez de vos voeux demeure la propension de Michel Destot et sa majorité à se prêter à cet exercice !
@ Franc-Tireur : "les grecs ont le droit de disposer d'eux mêmes comme nous avons le droit de faire nos propres choix pour l'avenir", écris-tu. Certes. Sauf que comme tu le disais dans ton commentaire d'il y a 4 mois, ils ont accepté d'intégrer un jeu aux règles communes en "trichant" sur la réalité de leur situation. Aujourd'hui, les difficultés qu'ils traversent - et qui sont ô combien douloureuses pour le peuple Grec ! - sont partagées avec les autres pays de l'UE par le mécanisme d'interdépendance qui les lie. Ils ne devraient donc pas pouvoir se payer le luxe de refuser la main tendue, au risque de faire effondrer tout le système avec eux. C'est une attitude proprement inacceptable. Et je suis persuadé que si la crise que nous traversons aujourd'hui est au moins aussi profonde que celle de 1929, elle est encore pour le moment moins douloureuse, car la crise financière, économique et sociale, ne s'est pas doublée d'une crise monétaire qui aurait fait perdre à la monnaie sa valeur. C'est ce qui entraînerait les conséquences les plus terribles pour les populations, et de cela l'Euro nous a protégés. Tu sais combien je ne suis pas particulièrement Europhile... Mais dans le contexte, l'évidence me fait pourtant dire que la solidarité Européenne nous protège mieux de la crise que nous ne l'aurions fait seul.
Chers amis, Merci pour votre soutien et vos appréciations. C'est un précieux encouragement pour poursuivre !
@ G. J. : Ce que vous dîtes est juste : j'ai relevé comme vous - et probablement comme les quelques millions de téléspectateurs devant leur poste de télé à ce moment là - l'absence de réponse de Manuel Valls à la question pourtant précise de Jean-François Copé. Il ne fait guère de doute que cette question de la "synthèse impossible" de Hollande entre les positions antagonistes de Montebourg et Valls le pénalisera tout au long de la campagne à venir. Les Primaires nous auront au moins offert une chose : les meilleurs arguments contre le candidat désigné pour le PS nous auront été donnés par ses camarades vaincus !
@ Julien B : Je te sais bien plus qualifié que moi sur les questions liées au fonctionnement des universités. Mais il me semble bien que le plan campus, et tout ce qu'il implique en matière d'investissement colossal de l'Etat au bénéfice des universités grenobloises, ne pourra qu'améliorer sensiblement les conditions d'études à Grenoble dans les années à venir.
@ Franc-Tireur : Tu sais que je ne suis pas de ceux qui cherchent désespérément à trouver des raisons de se satisfaire d'une défaite. Une défaite qu'en l'occurrence, à l'échelle nationale, je ne conteste pas. J'avais d'ailleurs pesté contre ce mauvais réflexe lors des dernières régionales. Je dis simplement que les analyses que j'ai entendues par extrapolation au sujet de la présidentielle me semblent absurdes. A fortiori lorsque l'on entend dire qu'il s'agit d'une surprise, mais sur ce point, tu sembles en accord avec moi.
En ce qui concerne le rôle majeur du matchmaking dans l'équilibre des confrontations qui a une incidence primordiale sur la préservation de l'intégrité des combattants, je suis absolument d'accord.
@ Nask : Si ta conclusion consiste à dire qu'il faut prôner d'enlever les gants et espérer en même temps l'admission du MMA dans notre pays, excuse-moi d'être dubitatif... Ou alors c'est que tu te complais dans le soutien à un sport considéré comme "sulfureux", mais c'est une autre histoire. Tout de même ! Quand on repense aux coups de Keith Hackney dans la nuque de Emmanuel Yarborough, ou pire pour Joe Son (!), nous sommes à mille lieues du MMA actuel ! De la même manière, tous les combattants qui s'opposent étant aujourd'hui expérimentés et globalement polyvalents, nous n'aurions plus de combat type Remco Pardoel/Orlando Weit ou Gary Goodridge/Augusto Santos, et c'est tant mieux. Les gants n'évitent pas les fractures des mains (comme en boxe anglaise avec des gants plus gros...), mais ils évitent effectivement les bains de sang trop fréquents (qui peuvent toujours arriver à cause des coudes, c'est d'ailleurs un débat à ouvrir), ce qui est également positif pour l'image de notre sport. C'est parce qu'on oppose toujours au MMA moderne les images d'anciens combats de Vale Tudo/NHB que je crois nécessaire de donner des gages en affirmant très nettement la différence qui existe aujourd'hui avec eux. Il faut peut-être renoncer à une certaine forme de nostalgie que nous connaissons tous pour garantir un avenir au MMA en France. Je suis prêt à franchir ce pas.
@ JACQUEMET : Merci mon Cher Daniel, pour votre soutien et la ferveur de votre engagement au service de nos valeurs communes, que je sais indéfectible. Il est important pour moi de savoir que nos initiatives sont parrainées par des militants d'expérience comme vous. C'est un gage du fait que nous avançons dans la bonne direction. @ Erwan : Cela fait maintenant quelques années que vous commentez régulièrement mon blog en dépit des conceptions manifestement divergentes que nous avons sur tout un tas de sujets. J'ai déjà eu l'occasion de le dire, mais je me répète : je vous remercie de vos interventions qui sont toujours documentées et bien construites, et qui participent à faire vivre le débat. C'est précieux car nous manquons justement trop souvent de ce même débat en Isère. En ce qui concerne la déclaration de candidature opérée par Claude Mahier, voici ce que je souhaite en dire : J'ai de l'estime pour l'homme qu'est Claude Mahier. Il s'agit de quelqu'un d'intelligent, qui a su coupler des qualités de gestionnaire incontestées en tant que responsable administratif de grandes collectivités avec un succès entrepreneurial également éminent. A Voiron, son rôle d'opposant au sein du groupe "Voiron Passionnément" est utile à l'intérêt général. En ce qui concerne sa décision de se porter candidat, dans l'état actuel des choses, il s'agit d'une posture individuelle en dehors des procédures prévues par l'UMP, qui désignera son candidat dans quelques semaines seulement. Claude Mahier n'est donc pas, pour l'instant, le candidat de l'UMP aux prochaines législatives. Quant au renouvellement des candidats nécessaire aussi bien à droite qu'à gauche en Isère, je ne peux que souscrire à ce que vous exposez. Il y aura donc un choix à établir en toute connaissance de cause. @ Julien B : Il est très juste de rappeler que tout candidat aux législatives aura pour mission de représenter un territoire large de 6 cantons, englobant Voiron et le Pays Voironnais, certes, mais aussi le sud-grésivaudan. C'est une notion que l'UMP avait peut-être sous-estimée pendant longtemps, mais que nous avons réinscrit au rang de nos priorités.
@ Tous : Merci pour vos messages de soutien et d'encouragements. Je suis heureux que la communauté Grap/JJB/MMA ait pu se reconnaître dans mes propos.
@ Tous : Merci pour vos témoignages de soutien et d'encouragements. Je suis heureux de voir que la solidarité de la communauté Grap/JJB/MMA française peut s'exprimer au-delà des clivages que nous pouvons avoir par ailleurs, sur le plan politique notamment. @ Romain POTTIER : La comparaison que j'établis entre le MMA et la Boxe anglaise n'a évidemment pas pour vocation de porter préjudice à cette dernière. Mais l'exemple m'a semblé intéressant pour montrer que les arguments relatifs à la dangerosité physique du MMA pour justifier son interdiction sont infondés, puisqu'on autorise en parallèle d'autres disciplines plus traumatisantes physiquement. Et même si le MMA est un sport relativement jeune, qui ne bénéficie pas d'un recul équivalent à la Boxe anglaise, nous avons déjà bon nombre d'exemples qui témoignent de la longévité qui peut exister dans sa pratique : Dan Severn et Randy Couture en témoignent particulièrement bien ! Dans une moindre mesure, certains représentants de la famille Gracie, Mark Coleman, Matt Hughes et Chuck Liddell aussi. @ Nask : J'ai écumé les DVD de l'IVC, les combats de Vale Tudo opposant les écoles de JJB à celles de Luta Livre, et évidemment les premiers UFC. Bien sûr je suis conscient que le MMA moderne ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans cette époque là. Mais je crois que si nous voulons faire admettre l'honorabilité du MMA d'aujourd'hui, nous devons donner des gages suffisants d'encadrement de la discipline, et marquer une rupture radicale avec les images qui empêchent à notre passion de pouvoir s'exercer normalement sur le territoire Français. C'est nécessaire pour que les "non-initiés" puissent accorder du crédit à nos propos.
@ Pierre : Il convient tout de même de remettre les éléments dans leur contexte. Lorsque Nicolas Sarkozy recevait le Colonel Khadafi au début de son quinquennat, c'était alors qu'il venait d'obtenir la libération des infirmières Bulgares qui étaient retenues contre leur volonté en Lybie, ce qui pouvait être interprété comme un témoignage d'ouverture et de bonne volonté. Quant aux négociations commerciales et militaires supposées secrètes avec des pays peu fréquentables, permettez-moi de rappeler que plutôt que de présumer chez Nicolas Sarkozy, on peut se remémorer une foule d'épisodes (avérés, eux !) chez François Mitterrand... Malheureusement, personne ne peut donner de leçons en la matière.
@ "Philippe" : Une fois de plus, vous changez de pseudo pour déverser votre rancœur, sans avoir le courage d'intervenir une bonne fois pour toute à visage découvert. La prochaine fois, je ne publierai tout simplement pas vos messages. Tenez-vous le pour dit. Sur le fond, il est bien évident que seule une partie de notre délégation figure sur la photo... Certains de ceux que je cite dans mon article n'y sont d'ailleurs même pas présents ! @ Erwan : Je suis relativement réservé sur cette analyse qui me semble à relativiser à bien des égards. Une certitude absolue cependant : le PS n'a manifestement pas de leçon à donner en matière de liste sénatoriale lorsque l'on voit la manière dont s'est déroulée la constitution de la liste menée par André Vallini, et si l'on tient compte de l'existence de la liste EELV et MRC, alors qu'il devait à l'origine y avoir une seule liste "d'Union de la Gauche"...
@ Tous : Je suis assez en accord avec le "coup de gueule" poussé par Julien B. Il est effectivement lassant de voir le plaisir que certains semblent prendre à systématiquement dévier des sujets abordés pour ré-évoquer "les affaires". A moins d'en user comme un outil qui permette d'éviter que le fond des dossiers qui animent notre département soit évoqué, je ne vois pas l'intérêt d'une telle démarche. Tout cela appartient à un passé révolu depuis longtemps déjà. Je crois que la crise économique qui frappe le monde entier - qui nous réserve encore probablement de mauvaises surprises... - est suffisamment grave pour que nous puissions nous interroger sur la construction de notre avenir, plutôt que de nous écharper gratuitement au sujet de polémiques anciennes. Dans notre département également, la situation financière critique de certaines collectivités locales, couplée à l'absence totale de projets structurants pour l'avenir, notamment en matière de déplacements, offre des perspectives sombres, auxquelles il faut trouver des alternatives. Ces sujets nécessitent que les énergies se mobilisent pour y donner des réponses. Pas que des "querelles d'écurie" ressurgissent.
@ Christophe Boué : Cher Monsieur, Je m'associe à l'hommage que vous manifestez pour votre grand-père. C'était assurément un grand Monsieur, dont la disparition m'a d'autant plus émue que j'avais l'occasion de l'apercevoir régulièrement, pour habiter dans sa rue à quelques mètres de son domicile. Dans l'hypothèse où vous n'en auriez pas pris connaissance, je me permets de vous signaler le billet que j'ai publié après avoir été informé de son décès : http://julienpolat.typepad.fr/blog/2011/09/germain-navizet-nous-a-quitt%C3%A9s.html Toutes mes condoléances à vous-même et à vos proches. Bien respectueusement, Julien Polat
@ "Thierry" : Monsieur, Je n'ai aucune leçon à recevoir de votre part. Mon blog est un espace de libre expression à destination des gens qui souhaitent y déposer des contributions constructives, sous l'usage d'un seul pseudonyme, et donc sans volonté de "polluer" les échanges en multipliant les identités. Ce n'est pas votre cas. Je n'hésiterai donc pas à effacer vos messages pour cette raison. Ne m'obligez pas à en dire plus, vous n'en sortiriez pas grandi. Cordialement, Julien Polat
@ Pierre : En ce cas particulier, je vous trouve particulièrement "rabat-joie". Les très hauts-revenus n'auraient pas fait l'objet de prélèvements supplémentaires quelconques, vous auriez affirmé que c'était scandaleux ; Nicolas Sarkozy décide ici de les mettre à contribution, et vous trouvez encore que ce n'est pas bien ! 3% d’imposition seront appliqués à partir d’un million d'Euros de revenu fiscal de référence pour un couple. C’est une mesure de solidarité qui vise à servir d’exemple, plus qu'à appliquer du rendement : dans une période difficile pour notre pays, les plus riches doivent contribuer davantage que les autres. C'est ce message qui est clairement affirmé. Ce sont eux également qui sont prioritairement concernés par le rabotage de plusieurs niches fiscales, et notamment celles qui concernent ceux qui ont un patrimoine immobilier conséquent générateur de plus-values. Je rappelle au passage que le PS souhaite remettre en question les exonérations d’impôts et de charges sur les heures supplémentaires, ce à quoi se refuse le gouvernement. C'est bel et bien ce genre de dispositions qui ferait peser sur les classes moyennes le prix du plan d'économies, et c'est la gauche qui les propose !
@ Daniel Jacquemet : Merci pour vos encouragements, j'y suis fort sensible ! @ Charles : Dans l'état actuel des choses, je n'ai été nommé à rien. Les fonctions de Délégué de circonscription qui m'ont été confiées sont le produit d'une élection par les militants. Vous êtes donc dans l'erreur. J'ajoute que je suis lassé d'entendre des références à une période que je n'ai pas connue, et pour cause ! Vous faîtes allusion aux années antérieures à 1995, il y a donc plus de 15 ans. A cette époque, j'avais à peine 10 ans, et je n'étais pas encore dans le département. Je considère donc que je n'ai pas à répondre des choses que vous évoquez, et qui sont révolues depuis longtemps. En outre, les divisions que nous avons connues sur ce thème appartiennent également au passé. Aujourd'hui, des personnes qui ont des sensibilités différentes sur ces questions travaillent ensemble à Grenoble, et dans toutes les circonscriptions du sud-Isère. Et la démarche de rassemblement a été préalable à l'élection. Nous sommes tournés vers l'avenir, pas vers le passé. Par conséquent, de deux choses l'une : soit vous êtes un militant de Droite et nous aurons plaisir à vous accueillir pour travailler ensemble ; soit vous faîtes le choix de continuer à faire exister des clivages qui n'existent plus que dans votre esprit, et alors il s'agit là d'un prétexte pour ne pas participer à la reconquête au service de laquelle nous travaillons. Désolé d'être aussi abrupt, mais il en est ainsi. Merci néanmoins pour les encouragements qui terminent votre message par une note positive. @ Pierre : Soyez rassuré ! Le site de l'UMP 38 retrouvera sa vocation opérationnelle très rapidement... Il faut juste laisser quelques jours de battement à Jean-Claude Peyrin afin qu'il fasse "techniquement" le nécessaire.
Cher Julien, Merci pour ton analyse, que je partage en tous points. Le problème de la dette est effectivement un problème majeur d'aujourd'hui, et à fortiori de demain. Il y a malheureusement de fortes chances que les prochaines semaines nous réservent de mauvaises nouvelles à ce sujet, tant on sent une grande fébrilité de nombreux Etats (et pas des moindres !) sur ce plan, une fragilité démontrée de certains établissements bancaires, et une inquiétude importante des marchés financiers. Je reviendrai certainement sur ce sujet à l'occasion d'un prochain billet. Notamment pour dire combien je suis favorable à l'instauration du principe d'équilibre des budgets dans notre Constitution. Cela permettrait de neutraliser les déficits, et donc de ne pas creuser davantage la dette. Ensuite pourrons-nous réfléchir aux dispositifs pour commencer à la rembourser, probablement par un "mix" entre la réduction des dépenses, et la recherche de nouvelles sources de recettes. Bien amicalement, Julien Polat
@ Michel Drevet : Cher Michel, Bien évidemment, l'absence de Fédération UMP n'a pu peser que négativement dans le processus de désignation des candidats, l'organisation des campagnes, et la mobilisation de terrain. Il nous a été promis que cette situation serait prise en mains au lendemain des cantonales. Cette échéance étant arrivée, j'ai d'ores et déjà pris attache avec nos responsables en charge de cette question pour que nous puissions avancer le plus rapidement possible. @ Nathanaël : Je suis heureux de vous voir rejoindre mon constat sur le signal d'alarme qui doit concerner tant l'UMP que le PS. En ce qui concerne le vote FN, sans nier que quelques candidats, dans certaines géographies, aient pu bénéficier d'un ancrage local significatif, il ne fait guère de doute que ses résultats sont avant tout liés au vote "d'étiquette". C'est ce qui explique l'exemple que vous nous communiquez, ainsi que les résultats importants de candidats dont l'absence de campagne n'a pas permis de révéler le visage, et à peine le nom...