This is Jean Pierre Becker's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Jean Pierre Becker's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Jean Pierre Becker
Thionville
http://jeanpierre.becker.free.fr/
Interests: science, arts, philosophie, avenir, passé, présent. Technologie, innovation, relations humaines, informatique.
Recent Activity
"Avoir une politique" suppose deux choses. D'abord une connaissance du réel suffisamment précise, et ensuite un idéal, un but, pour définir un cheminement pour y parvenir. BO indique les grandes entreprises donnant un avantage différentiel aux USA par rapport aux autres pays, Intel, Google, Yahoo et eBay. Elles tirent l'emploi et la création de richesse vers le haut, et participent du monde de demain. Toutes ont besoin d'énergie pour fonctionner, la fée électricité est indispensable pour alimenter les transistors des processeurs et autres circuits électroniques de nos ordinateurs. Pour obtenir cette électricité indispensable, le passage des énergies fossiles aux énergies renouvelables constitue le challenge du moment avec l'abandon progressif des centrales nucléaires pour y parvenir. Est-ce possible ? Les USA, toujours en avance par rapport à nous autres petits Français, nous donnent la réponse : http://news.stanford.edu/news/2011/january/jacobson-world-energy-012611.html
La mort de Ben Laden d'un point de vue stratégique affiche qu'il est abandonné de Dieu. Une balle en pleine tête a suffi à le démontrer. De quoi refroidir toute la horde de fanatiques croyant en ses harangues. Ce qui compte également, c'est le contenu des disques durs et clefs USB récupérés sur place, de quoi éliminer la nébuleuse pensante de l'organisation terroriste. On peut alors comprendre, homme ou femme, l'émotion de la Maison Blanche: envoyer en mission au nom de la liberté, de jeunes Américains qui ne sont pas certains de revenir vivants de cette équipé dans l'antre de l'halluciné fanatique, et du soulagement qui a résulté de sa réussite.
Oui et non. Il ne suffit pas d'avoir la confiance pour que cela redémarre, il faudrait de plus que les circonstances soient réellement favorables. Intel sort une nouvelle architecture pour ses processeurs, dont les transistors, au lieu d'être gravés sur une surface de silicium en 2D, seront empilés couche par couche selon des procédés lithographiques pour obtenir un volume réduit au lieu d'une surface étalée. A la clef une diminution de la consommation électrique, et une augmentation phénoménale de la vitesse de calcul. Une nouvelle étape est franchie d'un point de vue technologique, mais peu de nouveaux emplois seront créés. Bien au contraire, des jobs occupés actuellement par des humains seront demain occupés par des machines. Créer beaucoup d'emplois à mi-temps mal payés, dans les pizzerias, car les gens sortent de chez eux moins angoissés manger au fast-food, ne constitue pas réellement un miracle économique. http://www.01net.com/editorial/532422/tri-gate-intel-pret-a-produire-le-processeur-de-demain/
Il faut quand même s'interroger sur cette haine qui finit par déboucher sur des actes terroristes suicidaires. C'est évidemment une bascule de la raison vers la passion qui le permet. Au final, c'est quand des parents n'arrivent plus à nourrir d'espoir pour leur descendance, n'imaginent aucun avenir pour elle, que la bascule dramatique s'opère. Seule une vision globale permettra d'apporter une solution. Pour que chaque personne humaine ait de quoi vivre, indépendamment de sa situation professionnelle, le salaire citoyen universel est la réponse. Il faut que le monde que nous désirons respecte la nature dans sa bio-diversité, ce qui exclut à terme le nucléaire et les énergies fossiles. Et enfin, nous devons proposer le dialogue, la négociation, et le compromis pour remplacer la lutte à mort entre les hommes. Alors oui, "on s'en fiche un peu" du comment cela s'est passé avec Ben Laden, car c'est une histoire passée. Mais nous devons éradiquer les conditions qui ont permis qu'elles adviennent, dans la balance, il y a l'humanité tout entière.
Le message est clair, à part aller se cacher sur la Lune ou sur Mars, un terroriste ne peut pas échapper à son destin, perdre. La force reste à la Loi et à l'éthique. Le terrorisme est devenu une voie sans issue. Il reste le dialogue et le compromis, donc au final la démocratie sociale réformiste. C'est quand même une bonne nouvelle.
La réalité de la vie, c'est ce que nous désirons qu'elle soit. Les Anglais adorent les bonbons du même nom, avec un bel emballage. Pendant ce temps d'autres rêvent, jaloux, de tout faire péter. Difficile d'arriver au juste milieu, où le voisin ne fait pas baver, et où le frustré ne l'est plus. C'est vers cet équilibre qu'il faut tendre, modeste et serein. Toute la difficulté est de trouver, puis de proposer un chemin pour y parvenir. C'est par petites touches, par glacis, que l'on arrive à le peindre. "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage."
Il faut toujours offrir la possibilité à un dictateur, criminel, la possibilité de s'enfuir de son pays, pour que le peuple puisse mieux respirer. C'est le bien-être du peuple qui est prioritaire. Ensuite, il pourra répondre de ses crimes, à minima face à sa conscience dans son isolement, soit selon les circonstances devant un tribunal.
"Comme partout", c'est le pouvoir d'achat de ceux qui ont peu qui compte. Ceux qui aux USA peuvent en cinq minutes perdre leur job, leur maison et l' American way of life sont clonés en France, car les progrès technologiques détruisent plus d'emplois qu'ils n'en créent. La solidarité entre les citoyens est alors incontournable pour souder la nation, cela implique une analyse lucide du réel, et la définition d'objectifs politiques courageux. C'est peut-être plus facile à mettre en place en France, car le cadre européen nous y contraint. Il faut évidemment incarner cette vision, et l'espoir d'y parvenir nous fait rêver, et patienter.
La construction européenne suit la politique des petits pas, et le projet d'une défense commune a été rejeté à ses débuts en 1954 http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_europ%C3%A9enne_de_d%C3%A9fense Le pas à faire était trop grand... Le pragmatisme commande de régler d'abord la question économique, du Marché Commun en passant par l'Euro; mais dans le cadre de la mondialisation, face au rouleau compresseur chinois qui fabrique à des tarifs imbattables, et aux USA qui disposent d'une technologie d'avance, l'Europe tarde à trouver une solution concrète. Nous savons que la création de nouvelles entreprises innovantes sera une réponse à cette problématique, qu'il y aura des emplois neufs et bien payés à la clef. La production de nouvelles richesses qui en découlera, permettra d'offrir un nouveau contrat social citoyen ( Villepin y fait déjà référence... ). Il reste à proposer un cadre pour mettre en place cette solution rationnelle faisant avancer la construction européenne : Schuman-Kanfen. ( http://jeanpierre.becker.free.fr/Schuman/index.html ) L'Europe sera alors en mesure de clarifier une politique commune de défense ( en plus du reste ), et nous n'aurons plus à faire profil bas vis-à-vis des USA.
Sion, j'ai longtemps eu du mal à comprendre l'allusion à la Jérusalem céleste et à Sion Vaudémon, colline inspirée, chère au choeur des Lorrains « Ce n'est pas pour toujours » (Ce n'ame po tojo en patois lorrain) http://fr.wikipedia.org/wiki/Colline_de_Sion Cette maxime peut également s'appliquer à la situation de l'Italie, un jour, il y aura un signe, et tout changera. Qu'il soit musical, quoi de plus normal...
Il faut savoir quitter le pouvoir quand le désamour du peuple se manifeste. Gbagbo n'a pas su, et finalement se retrouve dans la chose marron chocolatée ; Dominique a été plus direct avec les Grecs. :-) Se réfugier dans le déni du réel, n'est jamais une attitude responsable ou adulte.
Toggle Commented Apr 12, 2011 on Fin at " Deux ou trois choses vues d'Amérique "
Chère Anne Sinclair, Inquiets, non, pas vraiment. :-)) Dans votre dernière apparition télévisée avec DSK, vous préparez la salade alors que Dominique fait cuire le bœuf aux hormones américain. Sans doute aurait-il été plus délicat de faire cuire un poisson, manœuvre plus osée. Après une infinité d'essais et de tâtonnement divers, je tiens à vous signaler que la meilleure méthode pour conserver la texture et le goût d'un poisson, consiste à faire cuire à sec dans une poêle, la peau du poisson entouré d'une pellicule de farine sur une feuille de papier de cuisson. Il m'a fallu de longues années pour arriver à ce résultat, la simplicité étant la chose la plus difficile à obtenir. Vous connaissez sans doute le Saint-Pierre, mais avez-vous déjà mangé des céteaux ? http://avenirlorraine.canalblog.com/
J'aime bien l'expression "chacun essayant de se passer la patate chaude". Non seulement à cause des french fried potatoes, qui permettent à chaque Français exilé au USA de redresser la tête et de pousser un cocorico de soulagement, mais surtout par l'image de la patate volant de main en main, chacun essayant de la refiler avant même de la recevoir. :-)
C'est vrai que relayer la rumeur de la part de celui qui la subit, hors du côté blessant de la chose, ne fait que lui donner de l'importance. Mais c'est un devoir citoyen de l'affaiblir, et de pointer dès son lancement, la faiblesse de son argumentation et de retourner la charge contre celui qui l'a lancée. Un site redresse le plus gros des affabulations visant DSK http://www.dskvraifaux.fr/ participant ainsi à la rationalité du débat politique, mais les arguments au dessous de la ceinture sont plus difficiles à contrer. Le Net est devenu le lieu privilégié d'une guerre psychologique.
À l'évidence, pour un certain nombre de personnes, la politique n'est pas l'art de gérer le quotidien des peuples, mais juste une façon de préserver brutalement et sans finesse la position que l'on occupe, sans voir le risque de catastrophe qui en découle. C'est là qu'intervient le manque de crédibilité. Dans le face à face médiatique, c'est le dernier qui porte l'estocade qui l'emporte devant l'ensemble des spectateurs. C'est traduit par "Les Reps s'en moquent, car ils veulent la bagarre". C'est clair et concis. ;-) Il en est de même en douce France, où des esprits peu bienveillants balancent peau de banane et boules puantes de manière préventive. On sent comme une certaine montée en puissance. Serrais-ce que l'on craigne à ce point de vous revoir à Paris ?
Rien ne vaut le bateau pour passer d'un continent à un autre, c'est lent, c'est long, on a le temps de vivre et de rêver. L'avion est trop brutal, surtout quand il s'écrase. Avec le monorail bi-tube transfrontalier, et le BeckerBoat® on devrait pouvoir aller partout autour de la planète bleue. Un rêve bientôt rendu possible ?
Jean Pierre Becker is now following The Typepad Team
Apr 6, 2011