This is Bueaman's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Bueaman's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Bueaman
Recent Activity
Dr Vakunta, Beautiful poem. You are a trained translator. I understand a little bit about poetic license. I also understand a bit about French grammar. I understand a bit about the "accord": when conjugating a verb in the second person singular (accueillir), the verb ceratinly takes an "s". I have the feeling that the first line of your poem is a translation of pidgin "... that my country". I also have misgivings about "les bras croisés en guise de spectateurs" (spectateurs coming after en guise de?). Of course, I stand corrected on all scores.
Toggle Commented Apr 2, 2010 on RETOUR AU PAYS NATAL at Up Station Mountain Club
For English-speaking readers, the rank of the new Commander of the Limbe Naval Base is Captain (in the navy), which is different from a captain in the army. The equivalent of a navy captain is a colonel in the army.
People, Granted, "Arrete", is a French word, but "de novo" is definitely Latin, which would be perfectly normal for legalese.
This piece of paper is a complete fabrication. I am at pains to understand how anyone of sound mind would even bother to comment on its contents. Just take a look at all the typographical errors, beginning with the letterhead. Please let us focus our energy on something more worthwhile. Cheers
___Find below an article from the French-language daily, Le Quotidien Mutations, which refers to the age of the Professor._____________________________________ Opportunités : Maurice Kamto veut quitter le gouvernement ________________________________________ Le ministre délégué auprès du ministre de la justice postule pour être juge à la Cij. Jean Francis Belibi ________________________________________ C’est avec une forte émotion dans la voix que Ephraïm Ngwafor Ndeh, nouvellement désigné, avec trois autres Camerounais, comme membres de la Cour permanente d’arbitrage (Cpa) commente son entrée dans ce qu’il appelle lui-même " le must pour tout enseignant et pratiquant du droit. C’est le sommet de la carrière judiciaire ". Son émotion est d’autant plus grande qu’il se trouve au milieu de trois autres personnes dont la seule évocation du nom dans les milieux du droit ne peut laisser personne indifférent " Je suis un privilégié pour avoir été choisi au milieu de sommités pareilles ". L’ancien recteur de l’Université de Yaoundé 2 à Soa et ancien ministre chargé de missions à la présidence de la République, aujourd’hui âgé de 57 ans, et qui s’est reconverti dans une carrière d’avocat ne manque pas dire sa " fierté d’avoir été désigné en tant que Camerounais ". D’où la gratitude qu’il tient à rendre " aux autorités camerounaises qui ont soutenu sa candidature ". Une consécration qui, selon lui, est " le résultat de l’action de ceux qui ont défendu le dossier camerounais à Bakassi sur le différend frontalier entre notre pays et le Nigeria ". D’où son vœu " de voir le nom du Cameroun rayonner plus haut encore au niveau des instances judiciaires internationales ". Le prince de Mankon dans la province du Nord Ouest sait par ailleurs ce qui l’attend désormais dans sa nouvelle tâche, quand il indique les missions de la Cour permanente d’arbitrage qui a son siège à La Haye, capitale des Pays Bas. La Cpa qui a été créée en 1899 lors de la première conférence de la Paix de La Haye est, comme il le dit, appelée " à régler les conflits internationaux de façon pacifique. Avant, il n’y a avait que les affaires entre les Etats. Aujourd’hui, le travail inclut les organismes internationaux, le secteur privé… ". La Cpa, où le Cameroun est membre depuis 1961, est impliquée dans l’administration d’arbitrages commerciaux depuis 1976, date d’entrée en vigueur du règlement d’arbitrage de la Conférence des Nations Unies pour le développement et le Commerce International (Cnudci). Comme nous l’indiquions dans notre édition d’hier, Ephraïm Ngwafor a été désigné en même temps que quatre autres éminentes personnalités : Alexis Dipanda Mouelle, premier président de la Cour suprême du Cameroun, Paul Bamela Engo, ministre plénipotentiaire hors échelle, ancien représentant permanent du Cameroun auprès des Nations Unies et Joseph Marie Bipoun Woum, ancien ministre de la Culture, et agrégé des facultés de droit. La désignation de ces quatre personnalités pourrait néanmoins être l’arbre qui cache la forêt dans ces instances internationales où l’on a souvent indiqué que le Cameroun était sous-représenté. Il est en effet question du retard qu’accusent les autorités camerounaises dans la promotion d’une autre candidature. Celle du professeur Maurice Kamto à l’élection comme juge à la Cour internationale de justice (Cij) de La Haye. Une élection programmée dans moins de trois mois. L’inquiétude est relayée, d’après nos sources au ministère des Relations extérieures (Minrex) à Yaoundé, dans une correspondance de l’ambassade du Cameroun à La Haye aux Pays Bas au ministre des Relations extérieures (Minrex). Dans la missive à sa hiérarchie, le chargé d’affaires du Cameroun au royaume des Pays Bas (jusqu’à la désignation la semaine dernière de Odette Melono comme ambassadeur) indique en effet qu’ " il serait important… de solliciter le soutien des Etats membres des Nations Unies durant le mois de juillet 2008, soit avant les vacances, pour prévenir l’hypothèse désagréable, que les uns et les autres aient déjà donné à la rentrée en septembre, leur appui à un ou à l’autre des deux ou trois autres candidats africains en lice, faute de n’avoir pas été sollicité à temps par notre pays ". Une élection pour laquelle le candidat camerounais devrait, selon la correspondance venue de La Haye, effectuer " le plus tôt possible, une visite de présentation auprès des juges de la Cij ". Avant d’indiquer que " lors de l’élection des juges de la Cij, l’avis des membres en fonction de la Cour, peut se révéler décisif, non seulement pour orienter le vote de leurs Etats d’origine, mais bien au-delà ". La note envoyée au Minrex indique d’ailleurs à cet effet que les concurrents du Pr Maurice Kamto, eux, s’activent vivement déjà au niveau de La Haye. Alors que la mission diplomatique du Cameroun dans ce pays attend encore que l’on lui communique " la période à laquelle le ministre Kamto pourrait venir à La Haye pour cette démarche aussi bien de principe que stratégique ". Du pain sur la planche pour le nouvel ambassadeur du Cameroun à La Haye qui risque fort de précipiter sa prise de service
Please check his real age, and advise us accordingly. By my reckoning, he is neither 50 nor 53. Good day
MMMM, The article above seems to be someone's translation of an article which appeared in last Saturday's special issue of the French-language daily, Mutations. I hope I am wrong.
Toggle Commented Sep 11, 2007 on The New Ministers at Up Station Mountain Club
People, Needless for me to review all the instances of French-Cameroon barbarism as demonstrated against Cameroonians of English extraction. These are all matters in the public domain. However, there is need to sound a word caution here. All the reports of Nigerians complaining of harassment in the hands of Cameroonian security forces (or Gendarmes) may not be necessarily true. Let us not forget that there is certainly a significant element of manipulation involved here, especially on the part of some forces present in our great Western neighbour. I wonder whether this is not all the case of giving your dog a bad name just to hang him. We need to understand that Cameroonians living in Nigeria are also subject to payment of a resident permit fee whose amount is not much different from what foreigners (or non-Cameroonians) in Cameroon pay, because that is just that issue. The resident permit fee in Cameroon is to be paid by all non-Cameroonians, not just Nigerians as is sometimes believed We all know how Nigerian traders in Kumba way back in the 50s and 60s harshly treated Cameroonians, thanks in great part to the cartel they had formed, and still maintain almost to date. Up until very recently, if you have a dispute with a Nigerian and it reaches the Police Station or even the Gendarmerie Brigade (oh Yes!), you were almost certain to be put behind bars while the other person goes Scot free, notwithstanding who is wrong or right! There are a myriad of such examples, people who have lived in the North West and South West provinces will not gainsay this. Please, don’t get me wrong here. I appreciate our neighbours a great deal; I am friends and classmates with quite a few of them. The Bible says love your neighbour as yourself, isn’t it? All I am saying is, to misquote the famed Cameroonian musician, La Piro de Mbanga, “make we lookut”.