This is Alexandra's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Alexandra's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Alexandra
Terre - Europe - France - Ile de France
Lectrice et Ecrivante contemporaine, 
Femme, Mère, Amie, Relation, Professionnelle .... m’occupe 24h/24 ....
Recent Activity
Image
Le livre commence par " .. c'est elle qui raccroche ? Qui lui raccroche au … Il appuie fébrilement sur la touche rappel, mais c'est un numéro privé." A ce commencement, j'aurais dû me méfier. Des phrases et des paragraphes qui ne sont pas achevés, qui nous laissent en plan pendant des centaines de pages avant d'avoir des bouts de... Continue reading
Posted May 20, 2017 at Connivences littéraires
Image
Le livre commence par "Et puis il y eut le jour où Addie Moore rendit visite à Louis Waters. C'était un soir de mai juste avant qu'il fasse complètement nuit." Un thème merveilleux de douceur et de sagesse. Deux vieux. Deux esseulés. Deux tendres. Et boum ! Les adultes infantiles viennent ternir l'histoire de saletés. L'amour devient une prise d'otages,... Continue reading
Posted May 20, 2017 at Connivences littéraires
Image
Dimanche 21 août 2011, je suis au départ du PBP, promesse faites il y a 4 ans à ma Jumelle, c’est parti ! Le contrôle des vélos c’est effectué hier et j’ai touché du bout des doigts l’ambiance qui m’attend sur cette épreuve. Mais revenons quelques temps en arrière, 2010 je ne peux plus courir, le vélo est acheté il... Continue reading
Posted Feb 21, 2017 at Connivences littéraires
Image
Et si la formation des concepts scientifiques démontrait que s'éloigner de la Vérité ouvre la porte du progrès et de la tolérance ? Les vérités scientifiques sont des vérités historiques : elles sont toujours universelles, elles valent ce que vaut la vérité de la science, le présent de la science. La physique newtonienne a dépassé la physique galiléenne et a été dépassée par la physique relativiste d'Einstein. La vérité apparaît comme un fantasme : on la dit comme quelque chose qui est, sans futur changement. Or ceci est impossible, il n'y a pas adéquation entre vérité et réalité (Kant & Bachelard). L'épistémologie contemporaine a démontré que dans tous les actes de rationalisation il y avait construction : la construction se détache du réel. Donc rien n'empêche de changer les grilles d'interprétation. Il est donc intéressant de voir comment les concepts sont construits. Découvrir la notion d'obstacle épistémologique, c'est rencontrer LE philosophe de l'épistémologie, Gaston Bachelard (L'épistémologie est le discours philosophique (critique) sur la connaissance …). Gaston Bachelard s'interroge sur la valeur de l'obstacle à la connaissance scientifique : l'obstacle psychologique évolue, il n'est pas inné, il change dans le temps, il ne permet donc pas un progrès linéaire, mais cahotique. La connaissance scientifique est historique. La valeur de l'obstacle est positive. On ne connait pas de façon linéaire et continue, on n'est pas une machine enregistreuse, il y a dans l'acte même de connaître des moments de blocage. Les blocages se situent au niveau de la connaissance rationnelle. L'obstacle c'est quand il y a une idée qu'on a crue vraie et qui après "rectification", après rupture, s'avère comme fausse. C'est une erreur active, elle a eu une efficacité, elle a empêché la constitution de la vérité à venir. Dixit Bachelard "la connaissance du réel est une lumière qui projette toujours quelque part des ombres." : la connaissance se focalise sur quelque chose, le reste devient objet de méconnaissance. Les livres de chimie sont basés sur les éléments naturels de la Terre. Si la terre disparaît, ces livres deviendront des livres d'histoire. C'est pourquoi la science a supprimé le mot "vérité" (assimilé à éternité) et l'a remplacé par "modèle" (interchangeable). La vérité et les théories sont des obstacles épistémologiques. Ils gênent pour sortir du cadre. Dès qu'on croit en quelque chose, il n'y a plus d'évolution, plus de progression. C'est peut-être pour cela qu'un même homme ne fait pas un grand nombre de connaissances essentielles, car il finit par y croire. Et la vérité empêche le doute nécessaire à la créativité et au changement. Exemples de rupture initiée par d'autres hommes : la révolution informatique : IBM a créé le "système" MS Dos, et a été balayé par Microsoft qui a créé la convivialité Windows, qui est en train d'être terrassée par la vague Internet tenue par Google … Et si Gaston Bachelard avait rencontré Clare W. Graves …1 Photo, ils seraient tombés sûrement d'accord. Le modèle de la spirale dynamique postule que pour qu'il y ait changement, il faut 2 conditions minimales : que les conditions de vie en aient besoin ET que le potentiel cérébral soit au niveau. C'est conforme à Bachelard. Souvenons-nous de deux exemples de rupture : La lampe d'Edison : jusqu'au XIXé, tous les procédés d'éclairage passaient par le principe que pour avoir de la lumière il fallait brûler quelque chose. Edison rompt avec ce principe et se demande pourquoi. En se posant la question, en ayant un doute sur la vérité, il s'autorise à penser que ce principe est faux et ainsi a pu penser l'ampoule électrique. A l'inverse de quelque chose qui brûle, il faut même éviter que ses constituants brûlent. Les couleurs de Newton : jusqu'à Newton, on avait pensé les couleurs sur le modèle biologique : un modèle continu et circulaire. Ce schéma étant confirmé par la biologie, il n'a pas permis d'évoluer : pas de rupture, insensiblement du rouge au violet. Newton a changé le schéma, et la mit sur une ligne. Et il présente alors la discontinuité des couleurs. La ligne crée la rupture, et Newton peut se demander "qu'y a-t-il au-delà du sensible, au-delà de ce que l'on perçoit, au-delà du rouge, au-delà du violet ? C'est ainsi que Newton dit : il existe deux couleurs, les sensibles et les intelligibles (les IR et les UV). La physique moderne, qui a succédé à Newton, a conservé le schéma linéaire, l'a confirmé. Et on parle maintenant de nanomètres, de longueurs d'ondes de chaleur et non plus de couleur. Tentative de conclusion … : Le réel n'est jamais ce qu'on pouvait croire mais est toujours ce qu'on aurait dû penser. Ne craignons pas d'étendre cela au-delà de la connaissance scientifique … Continue reading
Posted Feb 21, 2017 at Connivences littéraires
Image
Qu'est-ce que le changement culturel ? Il est important de se souvenir que chaque période historique a une croyance fondamentale, et que cette croyance a du mal à s'imposer (et donc il y a des allers et retours), et que ce sont les conditions de vie qui sont à l'origine des changements avec des hommes qui comprennent ces changements et... Continue reading
Posted Feb 20, 2017 at Connivences littéraires
Image
Après 2 321 jours de captivité, la vitalité rayonnante d'Ingrid Bétancourt. Ingrid Bétancourt, trois otages américains, et onze soldats colombiens sont encore dans les airs entre les terres pénitentiaires et le tarmac de la liberté. J'ai 41 ans. Et pendant ces quarante et une années, la libération d'Ingrid Bétancourt est le cinquième événement qui me scotche devant ma télé : le drame du Heysel le 29 mai 1985, la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, le déclenchement de la guerre du Golfe le 17 janvier 1991, l'explosion des tours jumelles de New York le 11 septembre 2001 et la libération d'Ingrid Bétancourt le 2 juillet 2008. La libération d'Ingrid Bétancourt est une victoire de la liberté sur la détention, une victoire de la paix sur la guerre, une victoire de la politique locale sur les pressions internationales, une victoire de l'intelligence sur la force, une victoire de la civilisation sur la barbarie, une victoire de la mémoire sur l'oubli, une victoire du soutien de l'opinion contre la banalisation … une Victoire complète, tous azimuts, sans point d'ombre. Oui, pour une fois, nous ressentons les émotions qui nous prouvent que nos besoins de sécurité, de paix, de liberté sont importants pour nous et qu'ils peuvent être satisfaits : content, tendre, joyeux, de bonne humeur, euphorique, fier, soulagé, optimiste, reconnaissant, rasséréné, rassuré, plein d'amour aussi, touché, affectueux, aimant, attendri, concerné, ému, sensible, apaisé, léger, libre, plein d'espoir, plein de gratitude, et curieux, captivé, ébahi, ébloui, étonné, fasciné, impressionné, intéressé, intrigué, et rassasié, régénéré. A quoi ressemble un héros ? En vrai ? Pour Ingrid Bétancourt, l'image lumineuse que nous avons eue d'elle pendant plus de 6 ans a été effacée par celle de novembre dernier. Alors je m'attends à voir descendre de cet avion une femme défaite, cuite, anéantie. Je le crains vraiment. Mais c'était sans compter les instants de grâce. C'était oublier les éléments constitutifs de la résilience : se savoir dans le cœur des êtres qui comptent, se savoir dans leurs actions quotidiennes, se nourrir et nourrir sa force intérieure. Cette femme est habitée par sa mission de vie, et c'est si ostensible que c'est la seule explication que je trouve à une telle unanimité, qui force l'admiration et le respect ou l'impatience … Héroïne de sa vie, héroïne de la vie d'autres, résistante en chair et en os, digne et courageuse, presque simple, elle a encouru de vrais risques et payé, comme les autres otages, de longues heures qui se comptent en années. On les récupère hagards, incrédules, irradiés. Et ils se mettent à parler … Les captifs de la jungle, hommes, femmes, savent ce qu'il se passe dans le monde, ce que l'on fait – ou ce que l'on ne fait pas - pour eux. Du dilemme d'en parler ou de ne pas le faire, d'augmenter la valeur marchande d'un citoyen ou de le protéger en ne lui en donnant aucune, Alvaro Uribe, par l'utilisation de l'intelligence militaire offre une troisième voie. La force du Bien pour négocier la Paix vient de l'emporter sur la force du Mal pour maintenir le chantage et l'exploitation. L'intérêt particulier vient de rencontrer l'intérêt général. Aurevoir le sacrifice de Davy Crockett à Alamo, Bienvenue Ingrid pour tous les autres à libérer du dernier joug révolutionnaire sud américain. Continue reading
Posted Feb 20, 2017 at Connivences littéraires
Image
Je surnomme ce jeune et brillant écrivain "le souffleur de verre", tant ses mots s'entrechoquent, risquant à chaque instant de rompre par l'effet d'une telle densité. Mais c'est l'acrobate qui est tombé de haut le 20 août 2014. La Vie et la Camarde ont tenu conseil, et le tir de semonces l'a emporté sur le coup de grâce. Sylvain Tesson, le corps abîmé et la plume intacte, a alors entrepris sa marche "sur les chemins noirs". Si le pas est moins vif comme l'esprit est moins léger, la gravité fait son office : les pieds du voyageur foulent la Terre-mère dans ses tréfonds ruraux jusqu'aux confins d'un monde ancien. Des bizarreries du changement à la nostalgie d'un monde fantasmé, il n'y a qu'un pas que Sylvain Tesson franchit, tel un Sisyphe de l'absurdité du monde actuel. Le rejet est poli. L'homme est bien élevé. Et la géographie devient la Muse de celui qui se fait poète de l'éternité. Je remercie la chute d'avoir déstabilisé un temps la pudeur. Cette fenêtre qui s'entre-ouvre sur quelques chemins intérieurs est bouleversante. Continue reading
Posted Dec 14, 2016 at Connivences littéraires
Image
J'ai aimé le héros. Un homme fougueux. Un homme possessif. Un homme charnel. J'ai aimé New-York des années 70, d'Andy Warhol, de Patti Smith et de Bob Dylan. J'ai aimé l'écriture superbe des scènes intimes. J'ai aimé la structure en deux histoires qui s'emboîtent comme un polar. J'ai découvert l'opération Paperclip. J'ai apprécié dévorer ce page-turner au cœur de l'automne ! Continue reading
Posted Dec 13, 2016 at Connivences littéraires
Image
Le New York fiévreux et violent des années 70, est le personnage central de ce roman à multiples tiroirs. Ma curiosité - autour de ce qui laissait présager une intrigue policière - m'a tenu jusqu'à la dernière page. J'attendais, comme promis tout au long des 992 pages, l'apothéose dans la nuit du blackout du 13 juillet 1977. J'ai lu 992 pages … au bout desquelles …. rien …. Ressenti de "flop" …. Que voulait donc l'auteur ? Et je m'interroge … Au final, le lecteur est l'unique témoin qui relie tous les acteurs du récit. La vérité n'est pas claire, elle est parsemée aux quatre vents de la ville et noyée dans les psyché des personnages. Un peu la réalité, non ? Alors ce que j'ai vécu au premier abord comme désordre est peut-être la trace du génie ! Pour clore, cet écrivain a une plume remarquable de sensibilité et de précision. Une sorte de caméra embarquée de l'œil aux cerveaux. Je crois qu'elle gagnerait à ne pas être noyée dans 1000 pages. Continue reading
Posted Oct 6, 2016 at Connivences littéraires
Image
Le livre commence par "Mon frère Jem allait sur ses treize ans quand il se fit une vilaine fracture au coude, mais, aussitôt sa blessure cicatrisée et apaisées ses craintes …" Grand classique de la littérature antiségrégationniste, il est paru en 1960, obtient le prix Pulitzer en 1961 et est adapté en film l'année suivante sous le titre "Du silence... Continue reading
Posted Aug 4, 2016 at Connivences littéraires
Image
J'ai besoin d'un paysagiste. On me fait rencontrer Monsieur Philippe Thébaud. Je ne sais pas qui c'est. A la fin de notre entrevue, si chaleureuse et simple, ce Monsieur m'offre et me dédicace son carnet de voyages, qu'il a intitulé "Paysage Partagé". Je m'y plonge. De mon fauteuil, je parcours tous les continents. Je fais le Tour du Monde. Et... Continue reading
Posted Aug 3, 2016 at Connivences littéraires
Image
Le livre commence par "Le jour où je suis morte n'a pas vraiment été une partie de plaisir. Pas seulement à cause de ma mort. En réalité, celle-ci est péniblement arrivée bonne sixième dans la série des pires instants de cette journée." Je ressens toujours beaucoup de gratitude pour ces "petits bouquins", "de gare" ai-je envie d'ajouter, car ils assument... Continue reading
Posted Aug 3, 2016 at Connivences littéraires
Image
Une fois les secrets éventés, on ne contrôle plus la foule, et on ne distingue plus la réalité de la légende. Pour occuper Nella, son époux lui offre une maison de poupée extrêmement sophistiquée, réplique exacte de leur intérieur. Elle sollicite un artisan spécialisé afin d'équiper ce jouet hors norme. Mais le mystérieux miniaturiste, invisible, lui fait aussi livrer objets et figurines non commandés, témoignant d'une étrange prescience: comme s'il (d'ailleurs, est-ce vraiment un homme ?) connaissait intimement les secrets des Brandt, que Nella va peu à peu percer à jour. Plonger dans ce monde plein de paradoxes que ce siècle d’or à Amsterdam. La prospérité de la ville et de la Compagnie des Indes Orientales, l’enrichissement sans limites des marchands se paient d’un rigorisme religieux qui porte chacun à espionner son voisin, qui oblige chacun à masquer sentiments et à se garder de tout écart de conduite. La liberté n’est qu’apparente. Les entrepôts regorgent de biens odorants, parfumés et savoureux mais le puritanisme condamne les personnes à une vie grise et sans charme et à se nourrir de hareng plutôt que des délices en provenances d’orient. Continue reading
Posted Aug 3, 2016 at Connivences littéraires
Image
«Page turner», classé Polar, mais, par les temps qui courent, un peu comme pour Homeland, on peut s'interroger : Politique fiction ? Reportage ? … Continue reading
Posted Aug 3, 2016 at Connivences littéraires
Image
J'ai dévoré cette fresque familiale. Plume élégante et féroce, sublime. Premier roman magistral, impressionnant, abouti. A travers le destin d'une famille aristocratique, on traverse minutieusement la France de la Libération à l'aube du XXIé siècle. Et tout s'enchaîne. La culpabilité, pitié d'hier, s'appelle maintenant solidarité. Les colonisateurs sont contraints d'adopter une autre conscience du Tiers Monde. Et les parvenus des classes moyennes commencent déjà à souffrir de leur paupérisation. Chaque loyauté à la grandeur passée est jugée rétrograde, "il faut vivre avec son temps", et l'évolution des mœurs a le dos large, comme le goût du pain et des jeux du peuple de Rome. De ce tourbillon que reste-t-il aujourd'hui ? L'Histoire, familiale, sociale, culturelle, semble structurellement être un poids dont il faudrait s'affranchir en la reniant. Nous sommes en 2016, dans une France déchirée et meurtrie, en plein cœur d'un Monde qui, à nouveau, construit l'avenir des uns en détruisant les héritages passés d'autres. Pendant ces Quarante ans d'histoire de France, qu'avons-nous oublié ? qu'avons-nous omis de préserver ? Ce qui nous manque cruellement aujourd'hui : la tolérance de la diversité dans une Europe enfin pacifique. Continue reading
Posted Aug 3, 2016 at Connivences littéraires
Image
Plusieurs histoires dans une histoire. Roman annoncé vertigineux. Oui dans ce dédale, j'ai eu le vertige ! Et je suis incapable de résumer ce roman, ni de savoir, au bout du compte, ce qu'est le fin mot de l'histoire …. Bref une structuration que j'ai perçue plus compliquée que complexe et qui, au bout du compte, m'a fait perdre et... Continue reading
Posted May 28, 2016 at Connivences littéraires
Image
Pendant presque trois années, je n'ai pas écrit une ligne. J'ai envie de qualifier ce roman d'un nouveau genre. Le qualifier de polar psychothérapeutique. Cohabiter avec ses névroses est une chose, une chose assez commune, d'une banalité si confondante que nombreux ignorent en dépendre. Mais aller à la rencontre de son ombre (au sens jungien du terme) est une toute autre histoire, longue, profonde, ténébreuse, initiatique. Delphine de Vigan signe ici une prouesse littéraire et personnelle. Nos vécus (profondément intériorisés) gouvernent nos rencontres. Notre légitimité trouve sa source dans nos pas qui trébuchent. Quand nous cessons de projeter notre ombre sur l'autre, l'amour véritable devient possible. De la toute-puissance au dénuement, de l'excitation à la dépression, de l'inspiration à la fascination, la bipolarité est ici sublimée. Génial. Une prouesse littéraire et personnelle. Chapeau bas ;-) Continue reading
Posted Dec 27, 2015 at Connivences littéraires
Image
Milan Kundera, avec sa gueule d'acteur boxeur, est un écrivain énigmatique. Si énigmatique que nous nous jetons dans le piège qu'il n'a de cesse de nous tendre : trouver le sens de ce qui ne veut pas en avoir … La représentation du monde est ce qui distingue l'Homme des mondes végétal et animal. Avons-nous déjà vu un rosier se croire chêne ? un lion agir comme un surricate ? L'Homme est la seule espèce vivante à passer sa vie à chercher, et parfois découvrir, qui il est. En n'accordant que peu de crédit à la loi cosmique qui fonde son individualité, l'Homme vit comme s'il n'était que le produit de son histoire, et la répète, inexorablement … Entre Socrate et Magritte, Kant et Schopenhauer s'opposent. Comme il y a autant de représentations du monde qu'il y a de personnes sur la planète, d'aucuns, avides d'ordre, y voient la création du chaos. C'est ainsi que de grands systèmes totalitaires ont tenu à mettre de l'ordre dans le chaos. "Tout se vaut", disent les Why. Relativistes à l'extrême, ils nous rappellent que l'Histoire a invariablement fait tomber les Vérités infaillibles. Le Nombril est l'hymne à notre individualité qui doit justement naître du détachement de notre histoire sociale, familiale et personnelle qui se répète. Montrer son nombril affiche notre filiation et notre individualité qui en découlera. Nous sommes sur Terre pour réaliser la Vie qui est en nous, dont notre nombril est la graine semée. Continue reading
Posted Jun 2, 2014 at Connivences littéraires
Image
Il y a 100 ans, en 1914, à l'heure où l'Europe se prépare à enflammer le monde, l'architecte le plus brillant de l'Ecole de Chicago, Frank Lloyd Wright, vit le dénouement tragique de son histoire d'amour avec Mamah Borthwick Cheney. "Loving Frank" raconte cette histoire d'amour qui a scandalisé l'Amérique puritaine et qui a coûté à l'avant-gardisme architectural du génie FLW, qui vivra son apogée grâce aux années 30. Le décor est celui de l'Europe, du Japon, et des EU à Oak Park (Chicago) et Taliesin (Wisconsin). Pour ceux qui ont eu la chance de visiter les maisons de FLW, vous ne pourrez pas échapper à l'émotion grandissante, au fil de votre lecture, en visualisant clairement les lieux de vie ces personnages hors du commun. A contrario, si vous ne connaissez pas cet épisode tragique, je vous invite à ne pas fouiner, avant votre lecture, sur le Net. Pour découvrir l'œuvre de FLW, il ne suffit pas d'admirer ses maisons. Nancy Horan réussit dans son roman le spectaculaire défi de nous infiltrer dans la tête et dans le cœur de cet artiste de génie. Toute sa Vie est un hymne à la fluidité de la Nature et de l'Amour. Cet homme, dans son art, a créé la liberté créatrice du XXé siècle. Et la femme qui l'accompagne, Mamah Borthwick Cheney, va payer d'un lourd tribu, elle aussi, sa contribution à la Liberté de Femme, celle-là-même qu'à l'aube du XXIé, on défend encore avec difficulté. Ce roman est un magnifique hommage au parcours violent et isolé des "évolutionnaires". Ces hommes et femmes, comme illuminés au Présent de ce que doit satisfaire l'Avenir, tracent le chemin de tous au prix de leur vie, de leurs proches et de leur réputation. A cette époque, le mouvement suffragiste fait déjà parler de lui. Et comme aujourd'hui, l'Europe du Nord a une certaine "avance" dans la diffusion d'idées sociales modernes. Mamah Borthwick Cheney traduira les œuvres d'Ellen Key. Cette suédoise est tout à la fois conservatrice et incroyablement radicale. Elle répand des idées nouvelles, sur lesquelles on se débat encore aujourd'hui à l'heure du "mariage pour tous" et du "féminin (au sens yungien du terme) dans l'entreprise et dans la société". Ce que nos adolescents et nos enfants trouvent aujourd'hui "naturel" (car tout se vaut …) a généré tant de combats, desquels certains ont été gagnés "grâce/à cause" de la Grande Guerre … Que dit Ellen Keyet que vivent Mamah Borthwick Cheneyet Frank Lloyd Wright ? : "Dès que l'amour disparaît, le mariage perd tout caractère sacré. Mais si l'amour vrai, le grand amour, naît hors du mariage, il est sacré et mérite le respect. Chaque nouveau couple doit prouver qu'en vivant ensemble, il enrichit non seulement sa propre existence mais le genre humain tout entier. Seule la cohabitation peut décider de la moralité d'une union." Ce couple d'Amour que forme Mamah Borthwick Cheneyet Frank Lloyd Wright incarne l'existence libre et honnête. Ils ont mené une vie intègre. "L'amour est moral même sans mariage légal. Mais le mariage sans amour est immoral. Un mariage consommé sans amour réciproque, la vie maritale qui perdure sans amour mutuel ne contribuent à la dignité ni de l'homme ni de la femme. C'est au contraire une contrefaçon criminelle des valeurs les plus sacrées de l'existence.
Dans le nouvel ordre moral, la seule chose échangée entre mari et femme sera un amour librement consenti, que ni l'un ni l'autre ne pourront jamais exiger comme un dû. De telles revendications ne sont qu'une grossière survivance des périodes les plus reculées de notre histoire." Il convient de rester à la fois vigilant et vaillant. Aujourd'hui que nous connaissons une nouvelle rupture dans notre système de valeurs sociétales, nous assistons aux mêmes extrêmes. Au début du XXé, il y avait les adversaires adhérant à la morale conventionnelle et à la recherche d'un "amour pur" dépourvu de sensualité. Ceux-là même qui collaient des feuilles de vigne sur l'art moderne et censuraient la littérature érotique. Ceux-là même aussi qui ne vivant que pour leur progéniture font de piètres compagnons pour celle-ci. Et il y avait les adversaires prétendant être bohèmes, se jetant à corps perdu dans des liaisons éphémères décrites à tort comme de "l'amour libre". Ceux-là ignorent tout de la véritable dévotion amoureuse.
 Aujourd'hui que notre société réclame un élan plus collectif et un rééquilibre entre vie personnelle et vie professionnelle se voit opposer à nouveau des adversaires : entre ceux qui affirment la sacro-sainte réussite économique et sociale comme seule indication de la valeur humaine, et ceux qui s'y opposent de façon forcenée, au point de valoriser une vie subventionnée par l'Etat. Un grand écart les sépare au milieu duquel la majorité des personnes se trouve et se cherche. Et c'est dans cet écart que nous sommes tous potentiellement des "évolutionnaires". Continue reading
Posted May 4, 2014 at Connivences littéraires
Image
Je me suis laissée aller, une envie inexplicable, j’ai lu le Loup des steppes. Quel ennui ces 224 pages ! Et quel bonheur la lecture rapide ! Le loup des steppes, aussi roman initiatique soit-il, n’a, pour moi, rien du chef d’œuvre. Ma grande déception ne tient pas seulement à ma grande affection pour Demian, du même auteur. Elle tient... Continue reading
Posted Jul 24, 2013 at Connivences littéraires
Image
J'ai été captivée par ce dialogue amoureux. Quand souffle le vent du nord est un joli livre, plein de fraîcheur et de réalisme. pas encore aigris d'attentes déçues, ni las de quotidiens routiniers plus lassants que sécurisants. La relation épistolaire dans l’instantanéité différée du mail est, en apparence, d'une richesse absolue. «Tout est permis car rien n’est possible», «Tout peut se dire et se contredire», Cet échange est un dialogue introspectif qui tire sa puissance du désir de l'autre, il est énergisant. Alors que dire de la séduction sans sexe ? Car l’intrigue s’en tient, par l’influence de nos cultures coupables et culpabilisantes, au fantasmagorique Quel intérêt trouvons-nous, quand on a faim, à danser devant le buffet ? Séduire sans passer à l'acte, c’est être excité par son état affamé … c’est plus morbide que vivant … Désirer l’autre, c’est l’expérience d’être vivant … Et la moralité et l’adultère dans tout cela ? … Vouloir consommer et en être empêché … par l’autre, ou par soi-même, est-ce raisonnable ou exaltant ? Etre nourri de l’extérieur est être évidé du dedans, c’est se sentir dépendant des autres : qu’est-ce qu’on attend des autres qu’on ne s’est pas encore donné ? Le mail agit à la fois comme un contenant et comme le fantasme …. Car la réalité nous contient …Mais quand il s’agit de passer à la rencontre …. Ou on est vivant et on passe à l’acte, ou toutes les illusions tombent, et on est obligé de contrôler la rencontre ... Il n'y a pas plus grande pulsion de vie que dans le corps-à-corps, il n'y a pas plus morbide que de l'empêcher de s'exprimer ... S'il devait y avoir une suite à ce roman, que pourrait-il nous démontrer d'autre ? Continue reading
Posted Mar 15, 2013 at Connivences littéraires
Image
Triste roman de femmes si peu féminin. J'ai trouvé ce livre dur et difficile ... Il ne parle que de femmes maltraitantes au cours de la seconde moitié du XXè ... Le style littéraire, par la description de photos, m'a lassé. J'attendais malgré moi des sursauts de femmes qui se libèrent de leurs jougs socio-culturels, de rencontres qui font cesser la fatalité au lieu de la nourrir. Mais non. Pas une once d'évolution des personnages. Jusqu'à faucher (deux fois) le dernier espoir de vie et de transformation. Peut-être trop réaliste, peut-être pas assez fouillé, peut-être trop écrit par un homme, mais il m'a clairement manqué, dans pourtant tous ces personnages de femmes, du féminin du XXé ... La femme du XXè porte en elle une révolte, un courage, même si je sais qu'une femme maltraitante peut avoir plus d'impacts encore qu'un homme, justement parce qu'elle ne porte pas l'étendard de ce souffle de révolte et de courage de la femme. L'homme est juste prisonnier de discours convenus contre les femmes qui datent de toujours. J’en veux aussi à l'absence manifeste des hommes dans ce gynécée inter-générationnel. Cet album-photos est comme le décor d'un harem. Il n'y en a pas une pour racheter l'autre, aucune ne va au bout d'une démarche profonde. C'est pour moi le roman sur la médiocrité féminine. Ecrire sur les femmes n'est pas donné à tout écrivain ... Martin Winckler sort du lot. Qui d'autre ? Continue reading
Posted Mar 15, 2013 at Connivences littéraires
Image
L'Histoire commence par la disparition de la jeune Nola, dont nous ne connaîtrons le coupable et le déroulé des faits qu’à l’ultime fin des 664 pages haletantes qu’on tourne frénétiquement … Roman-polar, Page-turner, déroutée et surprise, … Ca rebondit, ça entourloupe, ça ment, ça dénonce, ça assassine, des coupables possibles à la pelle et des destins de vie … qui dit mieux ? Joël Dicker nous offre un plus ! les coulisses de l’écrivain, que du bonus ! Style fluide et parlé. Les personnages n’arrêtent pas, ils n’ont pas le temps de s’épancher, ils sont constamment dans l’action. Dès lors, il est heureux que le rythme soit soutenu car les délais sont serrés, les protagonistes nombreux, l'intrigue dense, les personnages fouillés, chacun illustrant tour à tour l'Amérique profonde et la réussite à l'américaine des années 60 à nos jours ... Inutile d'en dire plus ... Bonne lecture ! Continue reading
Posted Mar 15, 2013 at Connivences littéraires
Image
Winckler n’est pas un écrivain contemporain comme les autres, il est engagé, engagé dans sa pratique quotidienne, puis engagé dans ses écrits. Il n’est pas un penseur du temps, il en est un générateur. Et aujourd’hui, grâce à la force de la tradition orale par internet, nous avons facilement accès aux générateurs du temps. Acteurs pratico-pratiques, les générateurs du temps sont des volontaires du changement. Hors-la-loi souvent, généralement anonymes, révoltés actifs toujours, ils creusent l’ancien fruit des vers de la liberté, de l’égalité, de l’amour. Martin Winckler est de ceux-là. «En souvenir d’André», ce bijou, est dans mon sac. Il m'accompagne depuis trois mois. Il est un objet sécurisant, un cadeau précieux. Ce matin, je suis groggy d’impatience, un doux courant convaincu d’humanité me traverse. Je pense à nous tous les bien-vivants, à défaut d’être bons-vivants, qui, soulagés de ne pas être les récipiendaires des derniers maux, osons être touchés dans notre vanité de n’être pas les dépositaires des derniers mots. Merci Monsieur Winckler, merci André, merci de, sans nous juger, sans nous culpabiliser, nous rendre à notre condition d’humain mortel, dans sa détermination, dans sa dignité, dans son courage, dans sa liberté, dans son intimité profonde. Continue reading
Posted Jan 8, 2013 at Connivences littéraires
Image
Le recueil de nouvelles commence par un journal intime. A la fois longue et dense, cette nouvelle se distingue des suivantes, plus ramassées et thématiques. Mais l’on y retrouve déjà l’auteur tantôt spectateur tantôt acteur d’une certaine bourgeoisie décadente, jouant son rôle de dandy et de séducteur sans joie ni légèreté. Ce recueil est intéressant d’un point de vue historique : écrit en 1934, il dépeint la fin du mariage bourgeois avec des huiles et des gouaches ternes de la lucidité sans espérance. Sans rien lui enlever de sa grande qualité littéraire, je ne peux pas avoir aimé ce recueil. Il manque cruellement de ce dont il parle, il manque d’amour et d’émotions …. Lyrique, dramatique, pour ne pas dire suicidaire, Drieu La Rochelle ne vise pas que le mariage bourgeois, mais aussi l’immortalité de l’amour trompé par la mort, la souffrance de l’amour non réciproque, … En 1934, Pierre Drieu La Rochelle a un regard moderne sur son époque, mais il n’a pas de vision, il n’est ni optimiste ni romantique. C’est factuel, triste et noir. Comme sa vision du monde, et les prévisibles déceptions socio-politiques qui s’en suivirent… Et je le regrette, car, quelle plume ! Continue reading
Posted Nov 2, 2012 at Connivences littéraires