This is Louis Nauges's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Louis Nauges's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Louis Nauges
Europe
https://www.dhasel.com/
Interests: Cloud Computing, SaaS, Revolution Industrielle Informatique, Moderniser son SI
Recent Activity
@Robert Merci de ce message depuis le Cameroun, un pays que je connais et où j'ai déjà travaillé plusieurs fois. Des éléments de réponse : un opérateur WaaS, comme Aryaka, dispose de nombreux POP, points de présence. Il faut donc parler avec eux pour savoir quel est le plus proche du Cameroun et trouver un opérateur local qui fournit le lien vers ce POP. Un WaaS n'est intéressant pour une entreprise au Cameroun que si elle a beaucoup d'échanges internationaux, car c'est sur ces échanges que l'on peut réaliser de fortes économies.
1 reply
@Indica Je comprends très bien votre plaidoyer pour les ERP et ce même message aurait pu être écrit il y a 25 ans. Oui, moi aussi je vois encore dans l'immense majorité des entreprises des SAP ou Oracle Applications, des armadas de consultants en tout genre qui essaient de les faire fonctionner et de les maintenir à jour. Je vois aussi de plus en plus d'entreprises innovantes et courageuses qui acceptent de remettre en cause ce dogme de la solution intégrée et s'aperçoivent qu'une démarche plus souple par processus Support et Métiers découplés donne des avantages concurrentiels majeurs. Il faut choisir son camps : vous souhaitez maintenir, revenir aux ERP on premises, je pousse des solutions Best of Breed SaaS et des infrastructures Cloud Public. On se retrouvera en 2021 pour savoir quelles sont les entreprises les plus performantes, avec ou sans ERP....
1 reply
@David Un grand merci pour vos remarques très pertinentes. Vous soulevez un vrai problème, celui de la perte de temps que peuvent induire certains de ces outils et vous avez raison. C'est pour cela que les nouvelles générations d'outils comme WizyRoom ou autres mettent l'accent sur des fonctions qui favorisent l'efficacité : -Les "conversations", comme on peut le faire dans une messagerie moderne comme G Suite, pour avoir accès à l'ensemble des échanges sur un thème donné. - Le partage de contenus, pour mettre dans des dossiers communs des informations liées au thème abordé. - Des fonctions de gestion d'activité, pour donner à chacun un rôle précis. -... Ces fonctions manquent dans Slack, mais ils ont prévu de les rajouter rapidement. Concernant les RSE, Réseaux sociaux d'entreprises, je suis 100 % d'accord avec vous et je j'ai écrit dans l'un de mes blogs : http://nauges.typepad.com/my_weblog/2013/12/r%C3%A9seau-social-dentreprise-intranet-rse-un-constat-universel-d%C3%A9chec.html Toutes les solutions "intranet" et Yammer en fait partie, sont des échecs universels. C'est aussi à mon avis l'une des raisons pour laquelle Facebook a mis en avant dans Workspace at Work la fonction "Messenger" plus que la fonction "Réseau social". Et oui, vous avez raison, il faudra plusieurs années et beaucoup d'accompagnement pour que les collaborateurs des entreprises apprennent à maîtriser ces nouveaux modes de communication. Raison de plus pour... commencer immédiatement !
1 reply
Image
Un grand merci aux lecteurs de ce blog de leur fidélité. Je vous souhaite à tous une excellente année 2017, pleine de réussites professionnelles, d’innovations et de succès pour les Systèmes d’Information de vos entreprises. Je vous propose que l’une... Continue reading
Posted Dec 29, 2016 at Louis Naugès
@ David Les conversations Chat sont l'une des dimensions clefs de ces nouveaux outils, et ceci sous entend la capacité de mémoriser les échanges. Par contre, il s'agit le plus souvent de conversations qui ont une durée limitée, autour d'un projet ou d'un groupe de travail.
1 reply
@Thibault Merci pour ces remarques pertinentes. Il s'agit d'un sujet complexe : oui, il y aura des créations d'emplois dans cette nouvelle informatique, oui, il y aura aussi des disparitions de nombreux métiers. Il est très difficile d'estimer si la balance sera positive ou négative pour l'emploi. Complexité accrue : je ne le pense pas : on va remplacer des solutions intégrées, type ERP, par des composants SaaS très performants et il existe de remarquables solutions pour assurer leur interopérabilité. Développement sur mesure : c'est un combat que je mène avec force, la renaissance du métier de développeur en interne dans les entreprises. Ce seront bien sur des développeurs qui maîtrisent DEVOPS, la démarche micro-services et les solutions Serverless. La sécurité : dans ce domaine aussi, les solutions disponibles en SaaS sont de très bonne qualité et ne demandent pas, pour être mise en œuvre, beaucoup de ressources humaines.
1 reply
@Gatien Merci pour "l'avant gardisme". Je suis moi aussi très très inquiet par le retard pris par la majorité des entreprises, et en particulier les plus grandes, dans la construction d'un Système d'Information moderne, flexible et innovant. Ce blog, mes séminaires, mes conférences, mes actions de conseil ont un seul but : donner envie aux entreprises d'accélérer leur innovation SI. C'est un combat très dur, et j'ai souvent des rejets majeurs, souvent hélas des informaticiens en place. Il y a heureusement des exceptions, des DSI courageux, avec qui je travaille beaucoup pour les accompagner et les aider à vaincre les résistantes très fortes qu'ils rencontrent. Les organisations, grandes et petites, publiques et privées, qui n'ont pas pris conscience de l'urgence de l'action, de l'accélération de l'innovation de leur SI prennent des risques majeurs, et elles sont hélas encore très majoritaires.
1 reply
@Gatien La technologie ne peut pas tout faire. Si des personnes ne se parlent pas, ne travaillent pas en équipe, c'est beaucoup plus un problème organisationnel et humain que technique.
1 reply
@Stéphane. Merci pour cette référence à une autre solution intéressante. La persistence ? Elle est présente dans toutes les solutions modernes avec la capacité de gérer les conversations, de mémoriser tous les échanges et de stocker les documents ou liens.
1 reply
@Danie Oui, il existe d'autres solutions que Slack ou les autres citées. Par contre je ne vois aucun avenir aux solutions "Non Cloud Public" pour tous les usages universels tels que le Chat professionnel. C'est aussi pour cela que je n'ai parlé que des solutions de messagerie Cloud G Suite et Office 365, pas de Lotus Notes ou Exchange, les antiquités qui sont encore installées dans les centres de calcul des entreprises.
1 reply
Image
100 % des entreprises, dont la vôtre, auront déployé des solutions de Chat professionnel pour 100 % de leurs collaborateurs avant 2021. Une grande majorité des entreprises ne le sait pas encore... J’avais déjà abordé il y a quelques semaines... Continue reading
Posted Nov 28, 2016 at Louis Naugès
19
@stéphane Il faut bien différencier les acteurs du Cloud Public Infrastructures (IaaS) et des applications SaaS. Dans le monde du IaaS, les jeux sont faits : les trois acteurs que j'ai nommés, AWS, Google et Microsoft sont archi dominants et les autres sont ou seront marginalisés. Il reste de la place pour les fournisseurs d'hébergement traditionnels, comme les noms que vous citez. A l'inverse, dans le SaaS, il y a de la place pour des milliers de fournisseurs spécialisés, "best of breed". L'Europe est très présente dans ce domaine car nous avons de bonnes compétences en développement de logiciels. La majorité des éditeurs SaaS s'appuient sur les infrastructures IaaS des trois grands fournisseurs déjà cités.
1 reply
@François Merci. Vous avez tout à fait raison et j'ai bien indiqué qu'il y a beaucoup d'autres solutions. Les solutions VDI Open Source ont beaucoup de qualités, oui, mais elles ont un grand defaut pour moi : elles obligent à rester dans une logique "on premise", à installer et gérer des serveurs et des logiciels. C'est pour cela que je pousse en priorité les solutions "Cloud Public" comme celles proposées par AWS.
1 reply
Image
Heptaméron : la période de sept jours nécessaire à Dieu pour créer le monde : en fait six seulement, car il a pris un jour de repos après six jours de dur labeur. Pourquoi cette référence à la Bible ?... Continue reading
Posted Oct 23, 2016 at Louis Naugès
@Maurice Je ne suis pas sur de comprendre vos commentaires, pour le moins sibyllins et pas très sympathiques. Je ne parle pas de téléphonie, et le mot n'est pas utilisé dans mon billet. Les usages "voix centric" font références aux solutions de dialogue avec des applications en mode vocal, qui commencent à rentrer dans le grand public. Skype téléphonie n'est pas un outil "Chat Centric", c'est bien pour cela que Microsoft prépare le lancement de SypeTeams, pour concurrencer Slack. Le "has been", ce sont les outils anciens tels que le Skype for Business !
1 reply
@Tarik Vous avez raison ; il y a aussi Google HangOut chez Google. Skype et HangOut sont des chats de base, qui n'ont pas les fonctions de collaboration, de partage, de conversations dont on a besoin, à l'image de ce que proposent depuis longtemps les chats grand public tels que Messenger ou Whatsapp. C'est bien pour cela que Microsoft travaille depuis presque 2 ans sur SkypeTeams, un véritable concurrent de Slack et dans la même ligne que WizyRoom.
1 reply
@David Je serai le 3 novembre à Nyon (Suisse) pour animer un séminaire d'une journée qui va aborder ce sujet, pour les acheteurs du secteur public roman ! Ce n'est pas très loin de Lausanne....
1 reply
@David Vous posez une bonne question, merci. De très nombreuses études ont largement démontré que pour les "petits" centres de calcul, avec moins de 1000 serveurs, les solutions Clouds Publics avaient des ROI très élevés. N'oubliez pas que vous n'hébergez pas votre serveur dans le cloud, vous ne payez que les heures d'usages. Il faut aussi tenir compte de tous les coûts : administration, bâtiments, sécurité physique, gardiennage, éclairage, climatisation, maintenance, dépannage... en 24/24, 7J/7J. Parmi les dizaines d'autres avantages : - Démarrer immédiatement d'autres serveurs en cas de pointe d'usages. - Ne plus payer quand la demande disparaît. - Basculer de CAPEX en OPEX : pas d'investissements. - Une sécurité du centre de calcul exceptionnelle que personne ne peut garantir avec un centre de calcul privé. - .... Confiez moi votre DG pendant un séminaire de quelques heures et je vous assure que vous n'aurez plus jamais à justifier un basculement vers les Clouds Publics !
1 reply
@Anne Un grand merci pour ce message d'encouragement. Cela ne peut que m'encourager à continuer dans mes publications de billets consacrés aux évolutions des SI et des personnes qui en ont la charge.
1 reply
@Nicolas Bonne remarque, mais... bien sur, toutes les entreprises ont ou vont migrer leurs outils bureautiques dans le Cloud et n'auront plus à se soucier des dossiers partagés. Ils seront, nativement, tous partageables quand on le souhaitera.
1 reply
Image
Quels sont les outils informatiques les plus utilisés par la majorité des collaborateurs d’une entreprise ? Ce sont toujours les solutions de communication. En 2016, la messagerie électronique, l’email, reste le premier moyen d’échange dans le monde professionnel ; cette... Continue reading
Posted Sep 18, 2016 at Louis Naugès
Merci beaucoup, Philippe, Je n'avais pas connaissance de ce projet ambitieux et réussi. Ces "success stories" aident beaucoup car elles donnent confiance aux entreprises moins courageuses qui attendent que les innovateurs montrent le chemin.
1 reply
Merci, Patrick, La "néphophobie", la peur du Cloud est une réalité et je comprenais les inquiétudes des entreprises au début du Cloud, en 2006. Elle n'est vraiment plus de mise, en 2016. Aujourd'hui, la sécurité et la confidentialité des données sont bien mieux assurées par les "industriels" du Cloud tels que AWS ou Google que par les équipes internes des entreprises. Ceci ne veut pas dire que les Clouds Publics sont inviolables, ceci qui n'existe pas ; ils sont simplement une solution "moins mauvaise" que toutes les autres ! La DCNS n'est pas, semble-t-il, un problème d'informatique mais un simple vol de... documents papiers ! Avoir une connexion pour le Cloud : ce n'est vraiment plus un problème bloquant aujourd'hui .Dans les rares cas d'absence de réseau, avion AirFrance par exemple, le mode off-line rendu possible par HTML5 permet de continuer, raisonnablement à travailler. Tout arrive ! La RATP vient de nous promettre du 3G/4G dans tous le réseau avant la fin de l'année 2017.
1 reply
Image
Dès 2009, je faisais dans ce blog le pronostic que les centres de calcul des entreprises allaient progressivement se vider de leurs serveurs. Je terminais ce billet avec une prévision : le nombre de serveurs dans les centres de calcul... Continue reading
Posted Sep 7, 2016 at Louis Naugès
@David L'essentiel des applications Mainframe sont écrites en Cobol, la majorité des programmes Cobol s'exécutent sur Mainframe, d'où la priorité que j'ai mise sur le Cobol. Il existe aussi des usages PL/1 sur Mainframe et du Cobol sur des plateformes ouvertes. Je m'intéresse aux entreprises qui ont des Mainframe et des montagnes de lignes Cobol en production. La démarche et les solutions que je présente permettent aux entreprises qui souhaitent abandonner cette plateforme de manière efficace et rapide. Pourquoi abandonner Cobol ? Il y a de nombreuses raisons, mais la plus pressante est probablement la réduction rapide du nombre de professionnels qui maîtrisent ce langage.
1 reply