triton’s Favorites

New Post
Blog: Lady Painter
Image
Il y a un an nous étions en croisière à bord du Costa Concordia. Nous étions partis de Savona le 8 janvier, destination Barcelone, Casablanca, Santa Cruz de Tenerife, Funchal sur l'île de Madère, Malaga, Rome et Savona le 18... Continue »
New Post
Blog: Princesse101
Image
Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. Un couple, avec tous les hauts, les bas et les plats que... Continue »
New Post
Vendredi, lorsqu'il a eu connaissance par l'un de ses conseillers, que Standard & Poor's venait de déclasser la France, Nicolas Sarkozy, n'a quasiment pas eu de réaction. D'après ses proches, il est devenu blême, s'est refermé dans sa coquille et a maintenu tous les rendez-vous qu'il avait l'après-midi, sans piper mot de l'affaire à personne. Alors qu'il bénéficiait d'une erreur d'aiguillage de François Hollande à propos du quotient familial et qu'il envisageait fermement de tacler le candidat socialiste sur cette faille - qui relevait plus d'une mauvaise communication que d'une application stratégique -, en l'exploitant à l'excès ; l'annonce de la perte du triple A, lui coupait l'herbe sous le pied. Dans son entourage, il se dit en sourdine que les dix prochains jours seront décisifs pour déterminer s'il peut "conserver ses chances de gagner la présidentielle". Le sommet pour l'emploi de mercredi prochain a été rebaptisé, sommet de crise, histoire de marteler aux Français qu'il est encore capable d'agir sur les leviers économiques du pays, alors qu'il n'a plus aucun atout en mains pour inverser la donne. Désormais, il va être dans la position du "paraître" à défaut d'être dans celle d'une éventuelle action, capable de redonner confiance au pays. Ce lien qui le plaçait il y a peu encore, au rang des possibles favoris est désormais brisé. Il se retrouve ce matin dans la peau d'un outsider. Hier en commémorant à Amboise les 100 ans de la naissance de Michel Debré, rédacteur de la Ve République, il a tenté de sauver la face par un sursaut d'orgueil : "Depuis que nous sommes dans la bourrasque de la crise, je ne trouve pas d'autre guide à l'action, dans ces temps troublés, que vérité et courage". - Hélas Monsieur le Président, vérité et courage ne sont pas suffisants pour mener une politique économique capable de faire face à la conjoncture actuelle. Vous en avez la preuve ! Et quand bien même, Nicolas Sarkozy n'a utilisé ces deux vocables que pour tromper les Français. Depuis le début de son quinquennat, il n'a cessé, de jouer à cache-cache avec les vérités, dupant les uns et les autres avec des déclarations d'apparat. Pour ce qui est du courage, il ne s'est pas attaqué aux véritables maux de la crise. Il n'a jamais eu ce courage de taxer les plus riches. Il a feint de combattre les paradis fiscaux tout en préservant les prés carrés de ses amis. Il n'a eu comme seul courage, que celui de viser les plus faibles, en faisant les mauvais choix (retraites, TVA, etc.) Dans les jours qui viennent, les marchés vont définitivement le lâcher et son aura internationale va perdre de sa superbe. Quel sera alors sa crédibilité dans les négociations avec l'Allemagne et le reste des pays européens ? Il sera marionnette au royaume de celles et ceux qui tirent encore les ficelles du monde. (Illustration) Continue »
New Post
La France est en passe de perdre son triple A dans les heures ou jours qui viennent. Dix-sept autres pays de la zone euro sont dans la même charrette et ce, aujourd'hui dans la plus dédaigneuse des attitudes du pouvoir en place. Et pourtant, c'est bel et bien sur ce cheval de bataille aussi, que les plans de rigueur ont été ficelés. D'où cette question : Y a-t-il complicité entre les agences de notation et les gouvernants ? Depuis vendredi dernier, l'on sait que l'agence de notation Fitch Ratings a abaissé la perspective sur la note de crédit française AAA vers la négative, alors qu'elle était notée stable auparavant. Je ne vais pas épiloguer sur cette décision, d'autres phénomènes plus inquiétants tournent autour de ce manège orchestré par les agences de notation. Sarkozy a élevé à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur le principal actionnaire de Firch Ratings Elles sont au nombre trois et à elles seules décident de la note à attribuer à un pays et donc du taux d'emprunt auquel le pays visé, devra rembourser sa dette. Tout cela est classique et bien connu de tout le monde désormais. Ce qui l'est beaucoup moins en revanche, ce sont les relations qu'entretiennent ces agences avec nos chefs d'État. Si je prends le simple exemple de Fitch Ratings ; son actionnaire principal n'est autre que Marc Ladreit de Lacharrière. Ce nom ne vous dit rien de plus qu'à moi et pourtant... Avec l'accord de ses ministres, Nicolas Sarkozy, a élèvé à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur le principal actionnaire de Firch Ratings, Mr Ladreit de Lacharrière, le 1er janvier dernier. Étrange non ? Parmi ses autres activités, ce monsieur est notamment administrateur du groupe Casino, de L'Oréal, de Renault et membre du Conseil consultatif de la Banque de France depuis 19972. Sa fiche Wikipédia est trop bardée d'appartenances pour pouvoir les nommer ici. Tandis que Nicolas Sarkozy, sort des plans d'austérité à la pelle avec les conséquences que l'on sait pour la consommation et la croissance, Marc Ladreit de Lacharrière planqué derrière l'agence Fitch Ratings, dont il détient 60 % des parts, dégrade la France afin d'accroître le désastre. J'ai donc d'énormes difficultés à comprendre les intentions de cet homme, actionnaire dans un grand nombre d'entreprises françaises. Pourquoi bombarder ainsi son propre pays ? Mais, c'est peut-être à cet endroit qu'intervient le futur système oligarchique financier mondial. Ce nouvel ordre qui semble se dessiner dans les années qui viennent. Lorsque tous les pays auront perdu leur triple A, l'on accusera alors les agences de notation qui entre parenthèses, n'auront fait que leur boulot. Les marchés boursiers descendront alors de leur piédestal, actions et titres ne vaudront plus que tripette. Le banquier américain, James Paul Warburg, dans un discours prononcé au Sénat le 7 février 1950 déclarait Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non. La seule question est à savoir si le Gouvernement Mondial sera instauré... Continue »
New Post
Image
Un vieil adage voudrait nous faire croire que " l'argent n'a pas d'auteurs " Voici pourtant quelques billets de banque ( factices ) œuvres de dessinateurs de BD connus . Par Jean Solé un billet de 100 francs, hommage à François Mitterrand représenté sur fond de pyramide du Louvre ou... Continue »
New Post
Blog: safea
Image
Il existe de nombreuses solutions de blogs à travers le monde, chacune d'entre elle à sa propre philosophie, ses propres avantages et inconvénients. Pourquoi donc utiliser une plateforme plutôt qu'une autre et surtout pourquoi je préconise TypePad à mes clients ? Mon analyse est essentiellement tournée vers la mise en... Continue »