This is Clara's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Clara's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Clara
Recent Activity
Moi, me ficher de vous? Fichtre, je ne me permettrais pas :-) Mais pour me faire quand même pardonner mon insolence, je vous offre une petite animation made in USA by my sister... Mettez le son! http://www.florencebamberger.com/pages/moma.html
Anne, Pardon pour le hors-sujet, mais j'ai une information d'importance, que mon "sens de la responsabilité" journastique, "qui est aussi l'une des clés du métier", m'oblige à vous délivrer. Savez-vous que votre chouchou Jonas Kauffman a été élu "artiste de l'année" par les auditeurs de France Musique? Le scoop, c'est donc d'apprendre que ces derniers sont au moins deux.
Bou! Je vous ai fait peur?
♥♥ Bravo Anne pour votre titre très recherché ♥♥
Dépêche AFP urgente: "Jean-Pierre Raffarin crée son propre mouvement au sein de l'UMP". La première réunion du club de soutien se tiendra demain dans sa Smart.
Puisqu'on parle de néo CONS, il me vient à l'esprit que la semaine prochaine, le général Petraeus vient à Sciences Po donner une conférence. Je vous en ferai un compte-rendu détaillé!
J'apprends ce matin que Monsieur "adore les pâtes à la sauce tomate". J'imagine que Madame aussi. Alors je vous envoie de suite un colis FedEx de pâtes à la sauce napolitaine faite par la Mamma, "con amore".
A ne pas manquer ce soir: un documentaire sur l'incroyable Stéphane Hessel, sur France 5, à 20h35. Amitiés, Clara, Rédactrice en chef de Télé 7 Jours.
Moi, hélas, je n'ai pas pu vous voir, mais je n'ai pas besoin de ça pour savoir que vous êtes la plus belle (juste après ma maman, quand même :).
"J'ai l'impression que je suis de la vieille génération"... Qu'est-ce qu'il faut pas entendre :-) Vous en connaissez beaucoup, des mamies qui ont un blog, un Ipad et un BlackBerry?
Anne, une page de moi dans l'Obs de demain. Vous "m'achetez" :) ?
Quel bel hommage, Anne. Nous imaginons votre tristesse. Même moi, sans le connaître, ça me fait quelque chose... Alors pour vous... J’étais hélas un peu trop jeune pour vous regarder tous les deux dans « Questions à domicile », mais j’aimais beaucoup sa façon de questionner les politiques dans « Le Grand Jury » de LCI. Toujours courtois, mais sans complaisance, avec souvent un petit sourire à la fin de ses questions, qui le rendait attachant. Et puis, au passage, quelle belle voix, quelle élégance ! Avec, en hiver, toujours un beau col roulé... Pour moi, il représentait vraiment « la classe ».
Revue de presse matinale. Copé favorable à un "examen de passage en 6ème": pas cool pour Jean Sarkozy. Arno Klarsfeld au Conseil d'Etat. A quand Johnny à la Cour des Comptes? Voilà pour aujourd'hui. Vous pouvez éteindre votre télé et reprendre une activité normale.
Toggle Commented Oct 28, 2010 on J - 8 at " Deux ou trois choses vues d'Amérique "
Moi aussi, c'est mon idole! Juste derrière vous... Bien que votre propre album se fasse un peu attendre, si je peux me permettre.
A propos de musique classique, je vous conseille le dernier album d'Evgueni Kissin - concertos pour piano 20 et 27 de Mozart - et celui de la violoniste Julia Fischer - les caprices de Paganini. Bon, j'avoue, si je vous pousse, c'est parce j'ai des actions à la FNAC.
Moi aussi, j'ai écrit une poésie sur le monde que nous voulons laisser à nos enfants! Un samedi, sur le quai aux Fleurs, Qu’ai-je donc fait de ma vie, S’interroge, le regard songeur, L’homme, sur un banc, assis. Ai-je assez transformé mes mains En caresses ? J’ai pensé aux lendemains, Mais pas assez à la tendresse. Ai-je assez fait pour Les gens ? J’ai bien donné quelques preuves d’amour, Mais n’ai jamais fait les lacets d’un enfant. Ai-je assez illuminé De visages ? J’ai bien essayé, quelques larmes, de sécher, Mais d’autres oiseaux auraient pu sortir de ma cage. Ai-je assez admiré La littérature ? J’ai, certains livres, dévoré, Mais me suis trop concentré sur mes propres ratures. Ai-je assez contribué Au progrès humain ? Je n’ai certes, aucun mal, causé, Mais des êtres continuent de mourir de faim. Alors, n’ai-je donc rien fait de suffisant, D’honorable et de beau ? De ma naissance à maintenant, Aurais-je toujours eu tout faux ? Non, s’il est une chose dont je ne m’apitoie, C’est de mon exigence obstinée. Si je n’ai pas une haute idée de moi, J’en ai une superbe de l’humanité.
D'après un classement des ministères les plus polluants publié par le magazine Terra Eco, l’Elysée arrive largement en tête, avec un taux moyen d'émission de 32,82 tonnes par agent. Meme pour Carla?
Anne, désolée, mais je ne vois absolument pas de quel lapsus vous parlez :) Peut-être parce que ma mère m’interdit de regarder la télé le dimanche après Midi 30 : elle me dit qu’ « il s’y passe toujourrrrs des choses trrrop voulgairrrres et que tou ferrais mieux de mettrre la table ploutot que de t’abroutir ». J’obéis donc. J’éteins la télé, mais pour ce qui est de la table... j’envoie ma soeur. Et comme nous sommes jumelles, ma mère croit que c’est bien moi qui la mets ! Enfin non, je crains qu’elle ait quand même fini par saisir l’imposture :)
Cette Maison Blanche commence à ressembler à l'ancien cabinet de Rachida Dati - toutes choses égales par ailleurs. Il ne faudrait pas que les départs s'accumulent... Même si chacun a ses bonnes raisons de partir. Mais vu de loin, m'est avis que ça fait toujours un peu mauvais genre et que ça donne de l'eau au moulin de l'adversaire...
Anne à Yalta! Comment s'est passé le partage du monde? J'espère que vous nous avez gardé du même côté du mur que vous.
Pardon pour le hors-sujet, mais j'ai vraiment une info exclusive Paris-Match à vous délivrer. Savez-vous que "dès que son réveil sonne à 7 heures du matin, Liliane Bettencourt avale un potage de légumes variés, puis des fruits de baies, des pruneaux, du thé vert et des toasts beurrés, couverts de marmelade de gingembre"? Ce qui nous fait bien 5 fruits et légumes par jour. Cette femme est parfaite.
Moi, j'ai les red eyes dès que je vais en cours de fiscalité. Et quand j'en sors, on ne peut même plus voir leur couleur, car ils se sont carrément éteints.
Ces mots d'Obama me font penser au magnifique discours que Jaurès, idole s 'il en est de notre remarquable président, a tenu devant des élèves d'un lycée de Toulouse en 1892: Mesdames, Messieurs, jeunes gens, […] Me voici arrivé maintenant à la partie embarrassante de ma tâche : mes fonctions m’obligent presque, jeunes gens, à vous donner quelques conseils, et je ne sais trop si j’en ai le droit. Il en est un pourtant, un seul, que je puis vous donner sans présomption, sans empiétement téméraire sur votre liberté, car je veux vous avertir précisément et vous presser de sauvegarder toujours votre liberté intime, d’être et de rester des personnes, d’être et de rester vous-mêmes et de développer en vous la vie vraiment individuelle, la vie intérieure et profonde. Vivre pour autrui, mais vivre avec soi-même, voilà quelle est à mon sens notre double loi, et avec les nécessités extérieures toujours plus pressantes, avec les fatigues croissantes de la civilisation, il n’est peut-être pas inutile de le rappeler. Ce n’est pas, vous m’entendez bien, que je veuille vous convier à une sorte de solitude mélancolique et hautaine, dédaigneuse de l’action et oublieuse de la solidarité […]. La vie a singulièrement resserré devant vous, jeunes gens, l’espace du rêve ; la lutte pour l’existence est devenue tous les jours plus rude ; toutes les voies sont encombrées et piétinées et vous le savez, et de bonne heure vous faites effort. Dès le lycée, il vous faut presque choisir une carrière et vous y préparer, car à vingt-et-un-ans vous serez soldats et il faut que d’abord votre route soit tracée. Ainsi, dans les études mêmes de l’adolescence, le métier vous guette et commence à vous tenir ; vous êtes pris déjà par les choses extérieures, et pendant que vous lisez, la nécessité se penche sur votre épaule et mêle son ombre à la vôtre sur le livre ouvert devant vous. […] Il faut que vous appreniez à dire « moi », non par les témérités de l’indiscipline ou de l’orgueil, mais par la force de la vie intérieure. Il faut que, par un surcroît d’efforts et par l’exaltation de toutes vos passions nobles, vous amassiez en votre âme des trésors inviolables. Il faut que vous vous arrachiez parfois à tous les soucis extérieurs, à toutes les nécessités extérieures, aux examens de métier, à la société elle-même, pour retrouver en profondeur la pleine solitude et la pleine liberté : il faut, lorsque vous lisez les belles pages des grands écrivains et les beaux vers des grands poètes, que vous vous pénétriez à fond et de leur inspiration et du détail même de leur mécanisme ; qu’ainsi leur beauté entre en vous par tous les sens et s’établisse dans toutes vos facultés ; que leur musique divine soit en vous, qu’elle soit vous-mêmes ; qu’elle se confonde avec les pulsations les plus larges et les vibrations les plus délicates de votre être, et qu’à travers la société quelle qu’elle soit, vous portiez toujours en vous l’accompagnement sublime des chants immortels. Il faut, lorsque vous étudiez les propriétés du cercle, de la sphère et des sections coniques, que vous vous sentiez frères par l’esprit d’Euclide et d’Archimède et que, comme eux, vous voyiez avec ravissement se développer le monde idéal des figures et des proportions dont les harmonies enchanteresses se retrouvent ensuite dans le monde réel. Il faut, lorsque vous étudiez en physiciens, par l’observation et le calcul, la subtilité et la complexité mobile des forces, que vous sentiez le prestige de l’univers, relativement stable et toujours mouvant, tremblotant et éternel, et que votre conception positive des choses s’élargisse dans le mystère et dans le rêve comme ces horizons des soirs d’été où l’œil même croit démêler les subtiles mutations des forces dans l’infini mystérieux. Alors, jeunes gens, vous aurez développé en vous la seule puissance qui ne passera pas, la puissance de l’âme ; alors vous serez haussés au-dessus de toutes les nécessités, de toutes les fatalités et de la société elle-même, en ce qu’elle aura toujours de matériel et de brutal. Alors, dans les institutions extérieures, en quelque manière que l’avenir les transforme, vous ferez passer la liberté et la fierté de vos âmes. Et de quelque façon qu’elle soit aménagée, vous ferez jaillir dans la vieille forêt humaine, l’immortelle fraîcheur des sources. Comme dirait Anne, « on peut dire ce qu’on veut, ça a de l’allure ».
Karin Redinger...Laissez Paris tranquille, Vous etes dangereuse dans cette ville... ♪♪♪ Magnifique, cette chanson! La politique, je vous mentirais si je vous disais que ça ne m'a jamais traversé l'esprit en me rasant ;). Mais il faut faire des choix... Et choisir, comme nous l'a appris le poète, c'est hélas renoncer!
Certes, Michèle, Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne, trouve "honteuse" l'attitude du gouvernement français. Mais nous n'avons aucune leçon à recevoir de cette gauchiste millardaire bien-pensante! Ah zut, elle est de droite! Qu'est-ce qu'on peut dire pour se défendre?