This is Florence Trocmé's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Florence Trocmé's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Florence Trocmé
Recent Activity
Image
De la prose ou du vers, avant toute chose ? C’est, en poésie, un vieux débat ; une vieille dispute. On connaît le refrain, un peu malmené d’ailleurs, voire détourné, souvent tronqué, émis par Gérard de Nerval : « C’est ainsi que la poésie tomba dans la prose et mon château théâtral dans le troisième dessous » (« Second château » des Petits châteaux de Bohème). Phrase qui a sonné comme hallali du vers en poésie. Mais la dichotomie vers/prose en poésie fait-elle encore sens ? Jean-Pascal Dubost On peut lire l’argumentaire envoyé aux auteurs sollicités en cliquant sur ce... Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire de la mort d’Antoine Emaz. En souvenir d’Antoine qui manque tant à notre monde, Poezibao inaugure aujourd’hui une nouvelle série. Il s’agit de la re-publication, sur le site, de certains numéros de la revue Nu(e) devenus difficiles à trouver. Voici ce qu’écrit Béatrice Bonhomme, qui a créé la revue : « La revue Nu(e), qui existe depuis 1994, a publié 65 numéros (papier) avant d’être hébergée sur le site de Poezibao. Florence Trocmé et moi, nous avons donc eu l’idée de republier un certain nombre de numéros épuisés. Pour l’anniversaire de la mort d’Antoine Emaz... Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
Le selfie a pour charme et défaut l'instantanéité, la vitesse, la facilité de production et de publication sur divers réseaux, ce qui explique en partie la véritable pullulation de ce genre d'images. Or Armand Dupuy s'écarte de cela par une lenteur revendiquée dès le titre, comme s'il s'agissait de laisser l'obturateur photographique ouvert afin d'accueillir une durée longue. Le singulier de Selfie lent, et non le pluriel, marque aussi un écart vis-à-vis du procédé : si les dates et heures précises d'écriture sont conservées, elles n'offrent pas chaque fois une nouvelle image de soi mais augmentent et même épaississent le... Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
Dans le premier chapitre de La poursuite, la description du lieu où le héros prend place et s’oriente est rendue visible par la condensation de la typographie qui forme une masse compacte à l’intérieur des marges de la page, tandis que l’évolution de cette fiction se traduit dans le deuxième chapitre par l’éclaircissement de la densité du texte dont la vitesse de lecture est rompue par des temps de repos récapitulatifs du récit, alors que dans le dernier chapitre une distance de plus en plus grande s’installe entre le texte et l’espace de la page, en le divisant, en le... Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
Poezibao propose aujourd’hui des traductions inédites du poète allemand Ernst Meister, en un dossier composé par Jean-René Lassalle. Le poète allemand Ernst Meister (1911-1979) peut être retrouvé dans de beaux livres en français tels que : Dans la faille du temps, Orphée / La Différence 1998, traduit par Françoise Lartillot et Denis Thouard Ombres, Fissile 2008, traduit par Lambert Barthélémy et Hugo Hengl Ernst Meister dans Poezibao : Bio-bibliographie Extrait 1 Extrait 2 Fondement ne peut parler N’écrit aucun journal intime, le fondement, qui se base sur la mort et les morts, qui soutient les colonnes d’eau et l’incessamment battue... Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
A la suite du décès brutal de l'éditeur Jean-Pierre Sintive, dans la nuit du 4 au 5 février 2021, Poezibao a souhaité composer, avec l'aide de Ludovic Degroote, un Cahier d'hommages à sa mémoire. Il est riche de vingt-cinq contributions qui brossent un portrait vivant de Jean-Pierre Sintive. On peut le lire, le télécharger, l'imprimer, en cliquant simplement sur ce lien. Né en 1955, instituteur passionné de poésie et de typographie, il publie plusieurs recueils en tant que poète, anime la revue Skoria avec Emmanuel Ponsart puis fonde, encouragé notamment par Emmanuel Hocquard, les Editions Unes en 1981 dans le... Continue reading
Posted 2 days ago at Poezibao
Image
La surface profonde Naissance de la modernité « La voiture emporte au grand trot, dans une allée zébrée d'ombre et de lumière, les beautés couchées comme dans une nacelle... » La critique baudelairienne, la théorie baudelairienne, c'est peut-être d'abord cette faculté qui, au fil des images — ici, Constantin Guys —, réinvente comme pour elle-même des tableaux, des images. Il y a comme un droit de l'écriture à se laisser porter par le « divin opium » des œuvres pour, à partir d'elles, élaborer un monde : mais la force de Baudelaire fut, dans ce travail, de ne jamais demeurer... Continue reading
Posted 3 days ago at Poezibao
Consolation 2 Ils parlent de catastrophes ou de conquête de trous et de sommets de collages ou de sonnets il faut aller, il faut aller ce n’est pas la question : l’humanité a besoin d’une grande consolation un piano sans tambours ni trompettes Comme Liszt écrivait avec ses numéros et on ne peut le dire d’un coup (je cherche la tonalité) L’humanité, ça paraît bête ce n’est pas la question la musique savante manque à notre désir de crever le glacis des héros Il y a une grande douleur qui demande sa légende qui demande ses pleurs N’aies pas peur,... Continue reading
Posted 3 days ago at Poezibao
Image
Solovki, la neige et la langue à Jean-Pierre Sintive Anne Seidel est née à Dresde en Allemagne en 1988 et Khlebnikov pleure, écrit en 2015, est son premier livre. Il est traduit en français, excellemment, par Laurent Cassagnau, qui réalise de vraies trouvailles : « irrlichterlirende Erinerung, souvenir errant-irisant, qui rend les sonorités allemandes en français, magnifique ! Il est édité en bilingue chez Unes. Ce premier livre est déjà un coup de maître tant l’écriture est tenue, comme captée, ainsi un coup d’œil rapide mais sûr de lui, précis, sur un oiseau, un champ, une fumée. Un poème, Océan... Continue reading
Posted 3 days ago at Poezibao
Image
(Promenade et guerre paraît un mois après le décès de Cédric Demangeot. Le présent article n’est qu’une modeste recension, ne prétendant pas se substituer aux hommages nécessaires des amis et des proches. Il s’agit seulement d’inviter les lecteurs à lire ce livre étonnant de puissance incisive) Si Promenade et guerre travaille les thèmes qui innervent généralement la poésie de Cédric Demangeot — la mort, la révolte, la douleur, la poésie, la vérité, l’enfer — il le fait selon des modalités qui les déplacent ou plus exactement, qui en accélèrent l’expression. L’écriture se fait plus urgente, cavalant de vers en vers... Continue reading
Posted 3 days ago at Poezibao
Image
Quelques poèmes extraits d’Abandons, publié aux éditions tryptique (2020) J'ai cru que cela allait recommencer, le ciel bleu noir, des arbres dans leur splendeur. C'est dimanche. Elle va dans des pièces meublées d'histoires. Elle demande aux murs de lui permettre d'exister malgré les cicatrices vives. Les mots des objets et les choses. L'automne, je nomme l'automne, dimanche, quand tout se détraque, que plus rien n'a de sens à moins que ce soit un sens qui ne puisse se comprendre. Il y a toujours une cachette pour les larmes. Qui reste gravée au fond. * Rien n'est dressé sur la table.... Continue reading
Posted 3 days ago at Poezibao
Image
Les 15 articles parus cette semaine dans Poezibao. Après celles de Cédric Demangeot et de Jean-Pierre Sintive, le monde de la poésie est de nouveau endeuillé avec la disparition du poète-éditeur américain Lawrence Ferlinghetti et de Philippe Jaccottet (Disparition) Philippe Jaccottet (Disparition) Lawrence Ferlinghetti Un dossier hommage à Clayton Eshleman, lui aussi récemment disparu, par Auxeméry : (Hommage) à Clayton Eshleman (1935-2021) par Auxeméry (Anthologie permanente) Clayton Eshleman, traductions inédites, par Auxeméry Deux nouvelles contributions à la Disputaison autour de vers et prose : (Les Disputaisons) De la prose ou du vers, avant toute chose ?, 11. Camille Loivier (Les... Continue reading
Posted 5 days ago at Poezibao
Image
Les livres reçus par Poezibao cette semaine : Erri de Luca, Aller simple suivi de L'hôte impénitent, traduit de l'italien par Danièle Valin, édition bilingue, Poésie/Gallimard, 2021, 9,5€ Jean-Christophe Bailly, Café Néon et autres îles, chemins grecs, Arléa, 2021, 17€ - parution le 11 mars Judith Schlanger, Une histoire de l'intense, Hermann, 2021, Jean Miniac, Béquille d'école, Editions Conférence, 2021, 21€ Denise Le Dantec, Enheduanna, la femme qui mange les mots, Atelier de l'Agneau, 2021, 20€ Laurent Fourcaut, Dedans Dehors, Tarabuste, 2021, 16€ Serge Ritman, Dans ta voix, tous les visages disent je, Tarabuste, 2021, 15€ F.J. Ossang, Fin d'empire,... Continue reading
Posted 5 days ago at Poezibao
Image
De la prose ou du vers, avant toute chose ? C’est, en poésie, un vieux débat ; une vieille dispute. On connaît le refrain, un peu malmené d’ailleurs, voire détourné, souvent tronqué, émis par Gérard de Nerval : « C’est ainsi que la poésie tomba dans la prose et mon château théâtral dans le troisième dessous » (« Second château » des Petits châteaux de Bohème). Phrase qui a sonné comme hallali du vers en poésie. Mais la dichotomie vers/prose en poésie fait-elle encore sens ? Jean-Pascal Dubost On peut lire l’argumentaire envoyé aux auteurs sollicités en cliquant sur ce... Continue reading
Posted 6 days ago at Poezibao
Image
Le monde marche à l’envers. Il tend à s’écraser, et avec lui les hommes et les mots, les sons et les formes, affreusement platistes. Si révolution il y a eu ces dernières années, elle est d’essence réactive et ne permet plus d’éprouver le caractère « subtil et multiple » du monde. On revient en arrière, on recule, on régresse au point de vivre, de nouveau, sur une Terre bien plus plate que sphérique, qui ne s’ouvre plus sur aucun ciel et pollue ses nuages et ses ciels : « Temps troubles, temps troublés, temps confinés » est le titre de... Continue reading
Posted 6 days ago at Poezibao
Image
Les linges suspendus, quelque part au jardin ou à vos fenêtres. Vous viviez à vous saluer d’un bout à l’autre, écrire les vies qui passaient, les bonjours, je pense à toi. Vous envoyiez des mots que vous ne saviez pas poèmes, ce n’était parfois rien, pas des rimes, dire en peu de mots. Prendre soin de les aligner dans la couleur des jours. Ce texte de la page vingt-huit, Cécile Guivarch le sait poème, puisque le projet de C’est tout pour aujourd’hui est précisément de transformer en poésie tout un ensemble de lettres et de cartes postales du vingtième siècle... Continue reading
Posted 6 days ago at Poezibao
Image
Gérard Berréby publie Le Silence des mots aux éditions Allia. 1. le temps s’étend vivant absent je ne sais pas je ne sais plus l’homme séparé de la vie dont la source est tarie à ce point de non retour loin des hommes et de leurs œuvres étoiles étiolées absent au monde sensible ne pense plus de lui-même et laisse la place à son ombre 2. souvenir estompé des jours de l'enfance habité par la sensation éphémère qui s'en va sans crier gare mais jamais ne meurt à la marge des passions impétueuses les vents énamourés caressent les visages pourtant... Continue reading
Posted 6 days ago at Poezibao
Image
Ce peu de bruits, dans le silence croissant, mais presque les mêmes chez Senancour, chez Leopardi, chez Kafka — courant dans le même sens comme vers une porte grande ouverte : une voix d’autant plus pure que lointaine et peut-être à jamais perdue, une partie scintillant sous un soleil qu’on ne reverra plus jamais le même. Philippe Jaccottet Ce peu de bruits Gallimard, 2008 Poezibao apprend avec une grande tristesse le décès du poète Philippe Jaccottet. Un dossier d’hommage lui sera bien sûr consacré prochainement sur le site. Philippe Jaccottet, né le 30 juin 1925 à Moudon en Suisse et... Continue reading
Posted 7 days ago at Poezibao
Image
Poezibao apprend la disparition, à l'âge de 102 ans, du poète américain Lawrence Ferlinghetti. Il était né le 24 mars 1919 à Yonkers aux États-Unis et est mort ce 22 février 2021 à San Francisco aux États-Unis. Il était également connu comme co-fondateur de la librairie City Lights Booksellers & Publishers et d'une maison d'édition du même nom qui a fait paraître les travaux littéraires des poètes de la Beat Generation, dont Jack Kerouac et Allen Ginsberg. Proche en effet de "Kerouac, Ginsberg et Burroughs, l’éditeur américain racontait sa vie bien remplie dans des Mémoires parues en 2019" (source @Biblioobs).... Continue reading
Posted Feb 24, 2021 at Poezibao
Image
"La philosophie s'appuie sur une totalisation du savoir ; celui qui l'exerce a le devoir pratique de visite, et doit passer partout : au minimum, les travaux d'Hercule", c'est ce que répondait sobrement Michel Serres (dans "Éclaircissements, p. 185, en 1992) à Bruno Latour, qui - merveilleusement - l'interrogeait. Si Atlas est le porte-Terre, Latour semble avoir suivi cette humble leçon d'encyclopédisme actif, malicieux et collaboratif; au minimum, avec lui, les travaux d'Atlas ! Il y a, dans ce petit livre vif et profond, trois idées qui peuvent tout de suite intéresser un poète. D'abord, c'est parce que la raison... Continue reading
Posted Feb 24, 2021 at Poezibao
Image
Une couverture sobre – blanche et bleue – avec un bandeau en noir et blanc sur laquelle figure l’auteur avec en arrière fond une route. Étymologiquement la route, rute signifie la « voie, la direction » que l’on doit suivre pour ne pas « s’écarter du chemin ». Suivons cette direction qui nous guidera tout le long de Matières fermées. Huit liasses composées de deux cent dix-sept sonnets viennent retracer la vie de William Cliff. Tout commence par « Me voilà déjeté, misérable séquelle (…) et lancer dans la vie » et se termine avec « Las ! tel est... Continue reading
Posted Feb 24, 2021 at Poezibao
Image
En contrepoint de l'hommage offert à Poezibao, Auxeméry propose ici un important ensemble de traductions du poète américain Clayton Eshleman récemment disparu. Ce dossier est ici donné au format PDF, à ouvrir d'un simple clic sur ce lien. source de la photo Continue reading
Posted Feb 24, 2021 at Poezibao
Image
Clayton Eshleman, 1935-2021 Clayton Eshleman était de l’espèce des navigateurs au long cours. On permettra au traducteur d’évoquer ici un aspect attachant de sa personne. Nous sommes plusieurs à avoir souvent croisé le fer avec lui sur des points de détail, lors de travaux à voix alternées, et nous connaissions ses exigences de précision. Mais ce qui aujourd’hui met en branle le souvenir est d’ordre plus intime, plus essentiel, selon ses vues à lui. Sa vision, même, au plus profond des choses. Je relis la lettre que cite Michel Deguy à la fin de Made in USA (Seuil, 1978) ;... Continue reading
Posted Feb 24, 2021 at Poezibao
Image
De la prose ou du vers, avant toute chose ? C’est, en poésie, un vieux débat ; une vieille dispute. On connaît le refrain, un peu malmené d’ailleurs, voire détourné, souvent tronqué, émis par Gérard de Nerval : « C’est ainsi que la poésie tomba dans la prose et mon château théâtral dans le troisième dessous » (« Second château » des Petits châteaux de Bohème). Phrase qui a sonné comme hallali du vers en poésie. Mais la dichotomie vers/prose en poésie fait-elle encore sens ? Jean-Pascal Dubost On peut lire l’argumentaire envoyé aux auteurs sollicités en cliquant sur ce... Continue reading
Posted Feb 22, 2021 at Poezibao
Image
Le dernier opus d'Hervé Bauer intitulé Manière noire, si fascinant par sa richesse polymorphe et si singulier par sa facture, mériterait d'être considéré comme l'une des plus belles réussites de la littérature française ; on pourrait le définir comme une forme de rhapsodie, une succession de récits apparemment indépendants qu'unifie cependant l'omniprésence de la Mort et du Temps. Ces pages demeurent dans l'esprit et l'imaginaire du lecteur bien après qu'à regret, on en a achevé la lecture et elles continuent d'y déployer leurs prestiges. Originalité immédiatement perceptible, chaque récit s'ouvre sur la reprise d'une expression métaphorique réinterprétée dans un sens... Continue reading
Posted Feb 22, 2021 at Poezibao