This is Florence Trocmé's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Florence Trocmé's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Florence Trocmé
Recent Activity
Chaque semaine, un poème de Pierre le Pillouër, pour le soutenir et l'accompagner dans l'épreuve qu'il traverse. Merci à ceux qui ont envoyé des poèmes pour Pierre, mais ici l'objet c'est de rappeler que Pierre est poète et de publier ses poèmes. Qui ne peut attendre ne saurait trouver un nid où s' atteindre en cette plante quelque intrus se plante nous plante et dit la plainte de qui se répète et cherche un centre Pierre Le Pillouër, poèmes jetables, [Le bleu du ciel], 2002, p. 17 Continue reading
Posted yesterday at Poezibao
Image
« De nos querelles avec autrui nous faisons de la rhétorique, mais de la querelle avec nous-même, de la poésie. » (fr. 139) Ce recueil, selon le principe de la collection, fait le pari, en regroupant les plus significatifs des « dits et maximes de vie » de W.B.Yeats, de restituer pour nous sa possible (et communicable) sagesse, et y parvient. Le sage a les « convictions » utiles à sa sagesse; convictions, écrit Yeats, sont celles de nos pensées qui, loin de donner raison à nos passions, leur donnent pour raison de traverser ce qui nous maintient ou remet... Continue reading
Posted 5 days ago at Poezibao
Image
Notre terre est comme un jardin. Notre vie est dans ce jardin. Nous y passons, les yeux aveugles, tête close, oreilles bouchées, sans voir ni comprendre, ou entendre, ce qu’il y a autour de nous, quand il nous faudrait accueillir ce qui est, ce qui nous entoure, comme une manne, un morceau de jour, un paradis. Louise Glück y passe, elle aussi, y séjourne, comme nous tous. Mais elle y est plus attentive, plus que nous, à tout ce qui est notre vie, notre lieu terrestre, notre séjour. Et elle y marche, les yeux ouverts, pour comprendre, ou interroger ce... Continue reading
Posted 5 days ago at Poezibao
Image
Entrer dans un nouveau livre de Jean-Pierre Georges pour qui le fréquente depuis longtemps, c’est plonger la tête la première dans un univers noir et grinçant mais qu’on sait en même temps drolatique et paradoxalement réconfortant. Jean-Pierre Georges écrit une sorte de journal atemporel. Certaines choses s’inscrivent dans ce qu’il vit, c’est palpable, d’autres sont détachées de tout contexte, comme des pensées hors cadre. C’est le terme « notes » qu’il emploie lui-même qui convient le mieux à tout ce qu’il écrit. Aussi bien sentences drues qu’anecdotes développées. De même, s’il est souvent l’acteur principal assumant ses gestes quotidiens, et... Continue reading
Posted 7 days ago at Poezibao
Image
Tu as été en HP ? Oui, à Vaucluse, Paris, Sainte-Anne et Cochin, Rodez, Toulouse, Kremlin-Bicêtre, Pau et beaucoup d’autres. Si l’auteur est considérablement nourri d’expériences, celles qu’il nomme « sa vie derrière les barreaux de la logique psychiatrique », il était aussi un adepte du nomadisme sexuel et accessoirement un alcoolique. Après lecture de sa série de fragments (l’éditeur les appelle des nouvelles) que je lis comme une suite de textes courts, souvent situés depuis une clinique ou un hôpital, depuis des permissions ou des échappées : « J’ai réussi mon évasion. Un soir… » Fragments de la vie... Continue reading
Posted May 4, 2021 at Poezibao
Image
Comment envisager une convergence de la futilité et de la poésie ? Équation inimaginable, même impossible, dirait-on peut-être, car comment réconcilier un poïein, un faire, et son inconcevable démolition ? Le Pays est le site d’une telle tension, d’une certaine absence au cœur d’une inscription de cela qui, fatalement, me semble-t-il, en excède les signes. Car comment signer une solitude quand le livre s’adresse, flèche d’un archer zen, il est vrai, à son lecteur, sa lectrice, sans visage, mais là ? Quel est le statut d’un désespoir, d’un abattement, qui installe une parole qui, d’une page à l’autre, déplie non... Continue reading
Posted May 3, 2021 at Poezibao
Image
Une même forme, cent fois répétée. Cent quinze fois, exactement. Des sizains toujours découpés en distique, tercet, monostiche. Une forme qui s’est imposée à Yves Namur, comme la scansion musicale du décasyllabe, à Valéry, pour l’écriture du « Cimetière marin » de Charmes. Mais une forme qui n’est pas contrainte, qui est née de l’injonction « Dis-moi quelque chose », susurrée à son oreille incidemment, sans qu’on sache à qui l’on parle, qui l’on demande, ce que l’on veut. Quelque chose. Tout est dans ce mot, cette attente interminable, et cet espoir. Et cette demande. Yves Namur, dans ce nouveau... Continue reading
Posted May 3, 2021 at Poezibao
Image
Chaque semaine, un poème de Pierre le Pillouër, pour le soutenir et l'accompagner dans l'épreuve qu'il traverse. Bruissements Un matin de mai 1994 Tout a commencé avec Hortense. Depuis ma mise en trentaine me rongeait cette lubie de dégager une voie d’accès au texte des Illuminations intitulé « H » et qui s’achève par l’injonction espiègle de trouver Hortense. D’abord ne laisser aucun « calcul(s) de côté »et compter. Quoi ? Le nombre de « o » émaillant le texte « H » et celui qui le précède, « Bottom » : bang du starter en jet d’eau arroseur, lire... Continue reading
Posted May 3, 2021 at Poezibao
Image
Daniela Seel a créé les éditions kookbooks en 2003 à Berlin, réénergisant le milieu de la poésie germanophone en faisant découvrir une nouvelle génération de poètes et en réalisant de jolis livres pas très chers avec des couvertures, formats et typographies innovants entre art contemporain et design (réalisés par le graphiste Andreas Töpfer). En 2016 Daniela Seel, avec l’écrivaine Anja Bayer et le soutien du Deutsches Museum (Musée de l’histoire des techniques de Munich) édite l’anthologie Lyrik im Anthropozän / All dies hier, Majestät, ist deins, un livre de 300 pages qui réussit à regrouper une grande partie des poètes... Continue reading
Posted May 3, 2021 at Poezibao
Image
Informations diverses Poezibao a eu les honneurs d’une pleine page dans Libération (le 29 avril 2021) Les parutions seront moins régulières au mois de mai. Le site fait une pause du 4 au 11 mai; puis les mises en ligne seront un peu aléatoires jusqu’à la fin du mois (en raison d’une double intervention bénigne aux yeux). Il n’est donc pas possible de dire quand paraîtra la prochaine lettre mais j’incite à se rentre sur le site Poezibao, où devraient être publiés notamment deux grands dossiers d’hommage à Jean-Jacques Viton et à Bernard Noël. Les 17 articles parus dans Poezibao... Continue reading
Posted May 1, 2021 at Poezibao
Image
Les 19 livres reçus par Poezibao cette semaine Jean-Louis Giovannoni, Le Visage volé, poésies complètes 1981-1991, Editions Unes, 2021, 25€ Cole Swensen, Poèmes à pied, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Maïtreyi et Nicolas Pesquès, Corti, 2021, 17€ (parution le 13 mai) Rachel Carson, Le sens de la merveille, traduit de l'anglais (USA) par Bertrand Fillaudeau, Corti, 2021, 19€ Mary Oppen, Du sens, de la vie, traduction de l'anglais (USA) Philippe Mikriammos, Corti, 2021, 23€ Christophe Esnault et Lionel Fondeville, Mollo sur la win, nouvelles, Cactus inébranlable éditions, 2021, 15€ Pierre Bergounioux, Russe, Fario, collection Théodore Balmoral, 2021, 9€ Cedric Le... Continue reading
Posted May 1, 2021 at Poezibao
Image
Les installés n'ont qu'à bien se tenir. La poésie en langue française continue de tourner manège, de déplacer les plots, d'aller où on ne l'attend pas. Le monde d'écrire, façon poésie, ne se réduit pas au match de vieille lune entre l'équipe de la mécanique formaliste, celle des performances déclamatives, celle des épanchements des moi ou celles des philosophes de fins de soirée au comptoir. Plus que jamais, un paysage fragmenté se révèle avec de nouveaux éclats, des lignes de fuite qu'il faut entendre. Témoin ce bref ouvrage d'un jeune auteur singulier, Guillaume Decourt, poète et musicien classique de son... Continue reading
Posted Apr 30, 2021 at Poezibao
Image
Le recueil d’Isabelle Lévesque déroule un flot d’images qui semblent parler dans un rêve, du moins aux abords de la nuit, cette nuit « dépossédée ». Pour avancer dans ce théâtre d’ombres, le lecteur peut chercher à se repérer, posant le regard sur de rares lueurs ou tendant les mains vers une source de chaleur ; et tout autant se laisser perdre, cédant à une attraction d’un autre ordre : « Il faut allumer les traces / pour le brasier silencieux », 13. Isabelle Lévesque déploie son univers magique, bienveillant : « Des images nous égarent / nous retournons vers... Continue reading
Posted Apr 30, 2021 at Poezibao
Image
Ce que cherche un penseur est l'idée vraie nouvelle, Mais elle est loin des vies; le faux a plus de chair, Et c'est le romancier - dit Garcia - qui l'appelle, L'insérant dans des corps pour voir ce qui leur sert. Le "monde mal coupé" est la Muse qu'il choie : Qui sait tout formuler reviendra de ses torts. La source inépuisable est pauvre de plein choix, Et l'individu-souche est neutre par pléthore. Le génie nous rejoint dans le monde qu'il crée, (Le goût du vrai soudain se fait en nous râpeux, Prend tous les points de vue sans épuiser... Continue reading
Posted Apr 30, 2021 at Poezibao
Image
Yves Boudier a publié il y a quelques mois Silentiaire aux éditions de La lettre volée. Silence (c’) est la mort où le blanc (s’)efface surprend le corps respirant jour et nuit grinçant l’axe du verrou et l’os tenace un asile solitaire (une vie rompue au duel horaire habile aux lèvres (s’)ouvre rouge le rire nu | Silence (c’) est la relique palladium de l’absent mémoire/tissu ferme faîte étai sol pour l’écriture (maître noir) qui extrait la lumière du spectre défunt le mythe la légende (p. 17 et 18 | Silence (c’) est la pluie l’oblique gésine fidèle à la... Continue reading
Posted Apr 30, 2021 at Poezibao
Image
Les éditions Isabelle Sauvage nous offrent le premier livre de Nathalie B. Plon, auteure jusqu’alors presque inconnue, dont on apprend qu’elle est née en 1969 et qu’elle exerce la profession de bibliothécaire. Ce premier essai est un coup de maître ! Il laisse plus ou moins son lecteur K.O, sous le choc des images, secoué par un usage du langage qui fait perdre les repères (et les re-pères ! on le verra plus tard). En soi le but est atteint : faire ressentir dans la chair comment ça se vit une enfance maltraitée. Si ce livre était musique, il serait... Continue reading
Posted Apr 29, 2021 at Poezibao
Image
Comme il est dit dès le premier tiers du livre, cet ouvrage serait une tentative de donner à voir et entendre « une marque au fer rouge que le poème ne cesse de creuser : de l’air ». C’est du moins ainsi qu’on peut le lire – c’est-à-dire non seulement reconnaitre cette « marque » dans la vignette de couverture et son « rouge » propre à conjoindre toutes les connotations qu’on voudra (l’érotique et la politique, par exemple, puisque Serge Ritman ne cesse de le faire) mais aussi, l’ouvrant et déployant ses pages, sentir cet « appel d’air »... Continue reading
Posted Apr 29, 2021 at Poezibao
Image
La poésie vient du pain A 80 km de Monterey est le dixième recueil de poèmes publié par Guillaume Decourt. Il comporte quarante-quatre poèmes titrés et numérotés, composés chacun de quatre quatrains en vers irréguliers. La lecture de ce recueil est une jubilation : l'humour affleure, lié souvent à la mise en scène cocasse de soi et des autres : « moi je pratiquais les exercices pour abdominaux et fessiers de Jane Fonda tous les matins avec un port de tête exemplaire » La relecture permet de mieux sentir la beauté de ces poèmes. Beauté étrange parce que indéfinissable, présente... Continue reading
Posted Apr 28, 2021 at Poezibao
Image
Layli Long Soldier : Que faire des excuses. Que faire des excuses. Suivi d’un point et non d’un point d’interrogation. Car Layli Long Soldier, jeune femme et poète appartenant au peuple sioux oglala et vivant à Santa Fe (Nouveau-Mexique), n’a que faire, ne sait que faire, des excuses présentées par le Congrès américain dans sa résolution d’avril 2009. Rien à faire mais beaucoup à dire : la langue et la repentance officielles ont au moins ceci d’utile qu’elles invitent la jeune poète à chercher une façon de reprendre contact et langue avec la terre, l’histoire et les mots de son... Continue reading
Posted Apr 28, 2021 at Poezibao
Image
Boris Wolowiec publie Admirations, Malcolm de Chazal, Jackson Pollock, Andreï Tarvovski, aux toutes jeunes éditions Les Météores. Incipit de la section Malcolm de Chazal Malcolm de Chazal, Génie mystique de la Sensation A Laurent Albarracin « J'ai le sentiment qu'il est préférable de dire pour commencer les choses avec clarté. Sens-Plastique de Malcolm de Chazal apparaît comme le livre le plus extraordinaire jamais écrit. Il y a plus d'énigmes sensorielles à l'intérieur de vingt pages de Sens-Plastique que dans les œuvres complètes de Rimbaud. Aucun auteur n'est apte à rivaliser avec la puissance de révélation sensorielle de Chazal, pas même... Continue reading
Posted Apr 28, 2021 at Poezibao
Chaque semaine, un poème de Pierre le Pillouër, pour le soutenir et l'accompagner dans l'épreuve qu'il traverse. qui a vu gambader vos enfants rieurs au pied des statues grandes blanches qui a saccadé vos paroles et troublé sa foi qui a renié puis redemandé vos enseignements qui a trouvé dans Sion vos errements pernicieux doit oui doit (qui de doit) doit en finir avec les litanies mortifères et ne plus trembler devant le faux, le vide, le lent, l’obscur, le veux, le répété, l’énuméré Pierre le Pillouër, Ajouts contre jour, Le Bleu du ciel (choix d'Isabelle Baladine Howald) Continue reading
Posted Apr 26, 2021 at Poezibao
Image
Poezibao propose un grand entretien, réalisé par Isabelle Baladine Howald, avec Daniel Payot à l’occasion de la parution du livre Retours d’échos, aux éditions l’Atelier contemporain. Daniel Payot : une aire de passage Retours d’échos du philosophe de l’art Daniel Payot paraît à l’Atelier contemporain. Son titre, déjà de bon augure pour ses multiples possibles, est aussi interrogatif qu’affirmatif et est suivi de ce sous-titre provocateur et malicieux : « comment ne pas écrire sur l’art et les artistes ». On ne peut s’empêcher de penser ici au fameux livre de Pierre Bayard Comment parler des livres qu’on n’a pas... Continue reading
Posted Apr 26, 2021 at Poezibao
Poezibao publie ici un essai de Laurent Mourey, « Le poème en éclats de syllabes : Laurine Rousselet ou le cri comme parole » En raison de sa longueur et pour en respecter la mise en page, il est ici proposé au format PDF à ouvrir d'un simple clic sur ce lien. Continue reading
Posted Apr 26, 2021 at Poezibao
Image
Simplicité et profondeur. Voici les deux maîtres mots pour qualifier ces poèmes si l’on assume d’en parler alors que le silence de leur lecture intime s’impose en deçà et au-delà du sens qu’ils distillent vers après vers, page après page, en quatre temps et un épilogue. Toujours d’une apparente modestie de propos, mais lourds d’affects et d’une résignation sensible à un bonheur possible, ces vers fécondent en nous le partage ému du temps qui façonne une parentèle et son histoire enchâssée dans un pays de neige et de pauvreté. Ses espoirs aussi, sa joie dans la peine dépassée, sublimée. Distiques,... Continue reading
Posted Apr 26, 2021 at Poezibao
Image
Les éditions LansKine ont publié récemment La Serpe, de la Norvégienne Ruth Lillegraven, dans une traduction d’Anne-Marie Soulier, décédée en janvier 2020. Poezibao propose aujourd’hui des extraits du livre dans le cadre de l’anthologie permanente et une nouvelle note de lecture d’Yves Boudier après celle d’Isabelle Baladine Howald, qui propose trois poèmes en extraits. DANS L'OCÉAN BLEU c'est l'automne dans la forêt qui va bientôt dormir silencieuse et noire mais elle se soulève encore oscille, saigne et un matin il y a un voile de toiles d'araignée une brume de forêt entre tout ce qui fut ce qui viendra tout... Continue reading
Posted Apr 26, 2021 at Poezibao