This is JFChénin's Typepad Profile.
Join Typepad and start following JFChénin's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
JFChénin
France
Recent Activity
1 Nos terrasses sont ouvertes et nos maisons sous le vent, au bord de précipices mentaux, incalculables. Alors s'en tenir aux réserves d'usage quand la parole ne suffit plus ou quand les mots roulent par devant les feux qui montent. Les feux qui dérangent les sensations. Nos pensées s'enroulent en souterrains devenus infranchissables. Les passions ne sont plus les complices de nos intentions et les songes se creusent et s'espacent sous le vent dans les hauteurs des instants perdus. 2 Nos mémoires sont des ruptures temporelles dépourvues d'attaches, de linéaments vers le fond du monde. Elles sont la fin du... Continue reading
Posted 3 days ago at Darkness
1 - Feux ouverts Copie des places et des bordures fictionnelles du réel. Le réel est à ce point un éclat qu'il a besoin de frontières, de limites qu'il passera, d'orées dans lesquelles il s'enfoncera. Il sera bousculé. Domination martelée des flux entre réel et fiction jusqu'à la disparition des images, sans résurrection. Rien n'est plus immémorable qu'une défaite. Une trouée mal fermée qui sera notre échappatoire. Copie démarquée. 2 - Ephéméride de la blancheur Où se cache le dernier recours ? Qui en parle ? Qui ne s'excuse plus ? Comment la douleur s'extrait de la douleur ? Quelle... Continue reading
Posted Nov 14, 2020 at Darkness
A chercher les premiers mots, on en oublie le chemin, les détours et le martel en tête des parfums. Trace hautaine du simulacre à tenir le flanc des chimères toujours droit. Bételgeuse n'existe plus. Nous sommes à ce moment de son épuisement et de sa disparition. Nostalgie d'une lumière qui a perdu ses couleurs, nostalgie d'une solitude de fin fond de l'univers. Nous n'y sommes pas et les contours noirâtres des horizons ne sont pas suffisants pour contenir toutes les luminescences des arrière-cours du ciel. On en oublie le chemin et on parcourt sans hâte les apparences parfois capricieuses du... Continue reading
Posted Nov 13, 2020 at Darkness
Où se trouve la porte qui permet de passer les intempéries, les brusques détours des orages ou du mental, des orgies mentales et des mises à jour ? Nous ne sommes pas vraiment vivants, nous nous déplaçons, nous exultons * et si * et si * et si * nous ne sommes pas dominés et nous nous égarons entre les tombes et les arbres décharnés. Nous dansons parfois et nous avons oublié les pas d'un tango ou d'une salsa. Nous devenons muets et mélancoliques. Nous sommes muets et mélancoliques. Nous dériverons * parfois * parfois * parfois * un piano... Continue reading
Posted Nov 13, 2020 at Darkness
Image
Parution Avec Le silence About You, je livre l’état initial, l’instant brut du travail créatif et la mise en scène picturale qui révèle les contraintes ajoutées à l’écriture. Ce ne sont pourtant que des esquisses et des brouillons mais comme autant d’intervalles où les songes et l’avenir vont se défaire opportunément. Je suis épris de ces traits en morceaux, grisés et crayonnés, couleurs, aplats ou coups de gouache qui prennent leur place dans l’alentour d’un texte qui n’est pas encore écrit. Ils sont le cadre préalable à l’écriture. Ils sont les circonstances. La matière et les signes gouvernent la main... Continue reading
Posted Nov 6, 2020 at Darkness
Image
4 croquis instinctuels Parution chez TheBookEdition des Croquis instinctuels Continue reading
Posted Sep 14, 2020 at Darkness
CROQUIS INSTINCTUELS De la partition et sa méthode I La fonction graphique de la partition est à l’égal de sa fonction musicale : l’écriture d’une abstraction. Une diversion du rudiment (graphique ou musical) vers l’éphémère. Une juxtaposition d’attentes, de souffles ou de respirations, alternant le court et le long, le froid et l’emphatique, la droite et la courbe, le moment ou le point, graphiquement révélée. La construction de la partition relève d’une méthode algorithmique faite de hasards et de coïncidences, d’ajustements successifs et répétés de lignes, de points et de figures plus ou moins complexes. Graphiquement, elle découpe l’espace ou... Continue reading
Posted Sep 13, 2020 at Darkness
Image
Contre les apparences qui déforment les mots, les rendent muets, installer les silences et les ruptures invisibles, toutes suivies d'effets. Le langage est construit du silence qui organise son rythme, ses élancements et ses élévations jusqu'au prochain silence qu'il a lui-même posé. Langage et silence donnent le ton. Ce qui plonge en nous est une musique. Le langage commet parfois des erreurs mais ne sait pas se passer des tonalités qui le traversent. Des mots et des mots, des silences et de l'espace. Où se heurtent les silences, les mots s'affranchissent de leur nature. Les réponses ne sont jamais simples.... Continue reading
Posted Sep 13, 2020 at Darkness
Image
Avant propos Retour sur un entre-deux toujours là, où je m’arrêtais. Je plonge dans un vieux fauteuil club où, enfant, je finissais par m’endormir en chien de fusil, arrimé parfois à l’un des énormes accoudoirs. Un entre-deux hors du temps réel, hors de la lumière réelle et hors de toute imaginaire qui aurait pris le pas sur la seule réalité qui m’atteignait : une ombre bleutée emplie de longs souffles de silence. Je prenais ma respiration. Je reprenais ma respiration d’un seul tenant à l’approche de toutes les îles qui gisaient en moi et que je cherchais à rejoindre à... Continue reading
Posted Aug 31, 2020 at Darkness
1er mai 2020 Figures de la disparition (1975-2006) Version papier Version en ligne avec Quentin (1978) Roman (2000-2001) Exeat (2002) Saisons (1998) Voisins des arpents (1975-1977) Nous voilà rencontrés, la terre et nous (1978) Une maison aiguisée (1980) Le droit-fil (1983-1996) In fine (196) Je ne mourrai pas (1995) Ce que tu fais (1996) Les sculptures chantent (1997) Dans l'atelier (2003) La table des étoiles (1998-1999) Les royaumes à-demi (2005-2006) Frontières (2004-2005) Alep (2006) Bonne lecture.... Continue reading
Posted May 1, 2020 at Darkness
17 AVRIL 2020 Figures des sentiments (1998-2012) Version papier Version en ligne Il faut toujours revenir à la table d'écriture. Il en va de l'équilibre mental qui fait de la pensée une machine à explosion maîtrisée et assujettie à son rêve insensé de se matérialiser, même dans ses plus extrêmes exigences comme dans ses expressions les plus récalcitrantes ou les plus stupéfiantes. En somme elle résiste par devers nous. Ecrire est lui donner les formes et les étais, les voûtes, toute élévation, les escaliers et les coursives, les passages et les déambulatoires, les ponts comme les passerelles mais aussi les... Continue reading
Posted Apr 16, 2020 at Darkness
13 AVRIL 2020 Aujourd'hui, Figure out * - Suites américaines (2008-2013) Version papier Version en ligne * Figure out : déterminer, trouver, deviner, résoudre, savoir, comprendre … selon. Continue reading
Posted Apr 13, 2020 at Darkness
4 avril 2020 J'ai opté pour l'édition numérique depuis longtemps (depuis que ça existe, quoi !). Au format papier sur TheBookEdition (à commander, payants, de vrais livres !) ou la même version à lire en ligne (gratuite) sur Calameo. Le tiers regard suivi de l'empreinte des ombres (2020) Version papier Il n'y a rien c'est-à-dire il y a quelque chose de caché (2018) Version papier Version en ligne Le Jardin Capital (2015) suivi de La réalité apparente du feu (2019) Version papier Version en ligne A minima, récit d'une digression et trois lettres de Louise (2019) Version papier Version en... Continue reading
Posted Apr 4, 2020 at Darkness
Les formes dénaturées des images sont des aveux des aveux partagés entre des sentiments contradictoires des sentiments d'un ancien monde un monde si parcellaire si primaire oublié Histoire d'une vie démesurée de l'autre côté des images de l'autre côté des énigmes Et les vraies blessures tombent et l'obscurité est nécessaire Tous ces instincts qui perdurent où sont nos ombres nos visions déhanchées nos autrefois oubliés sur les routes désertées. Continue reading
Posted Mar 20, 2020 at Darkness
(Repris de Monument Valley - Saison 9 - Objets mouvants publié chez TheBookEdition) Il faut chercher à voir autrement, selon des méthodes dont on pourrait dire qu’elles sont instinctives, celles qui favorisent les pas de côté, les visions inappropriées et les résurgences mentales, qui tentent de rassembler les fragments erratiques de notre histoire. L’histoire, les histoires, notre histoire, les aller-retour partagés ou tus, les torsions dans le passé, les brusques flash-backs qui capitalisent à l’arrière de notre cerveau, autant d’itinéraires possibles entre (ou avec) les objets assemblés. Pour chacun, une date, un parcours, une destination. Et un départ. Look at... Continue reading
Posted Mar 11, 2020 at Darkness
Quel est l'indésirable ? Ce que la familiarité défait ou ce que que l'histoire cache Est-ce une présence ? ou des illusions d'images que rien ne partage que rien ne détermine Espaces dévalisés ou champs de mines Que reste-t-il des points cardinaux ? Dans les jardins du dernier retour crescendo des rêves et gravité des assemblages où les oppositions sont dématérialisées rendues à l'état primaire du silence Depuis quand l'histoire se dédouble devient impensable ou impossible ? Continue reading
Posted Mar 10, 2020 at Darkness
Dans tout désir il y a une imperfection, une dépendance indéfinissable autrement que par sa possibilité. Dans le songe d'une nuit d'été les réalités sont entrecroisées et interdépendantes où la fiction est réduite à n'être qu'un indice, la distance que les regards s'imposent pour ne pas s'interpréter. Les nuits sont blanches et pourpres et portent toutes les imperfections d'un désir bleu. Les rêves sont plus indélicats qu'indéfinissables. Ils mélangent feu, ciel, réminiscence et morcellement d'une réalité dont ils semblent se nourrir. C'est un leurre - les margelles qui séparent les éléments sont instables. Les opportunités sont déficientes et dispersées. Incrustations... Continue reading
Posted Mar 9, 2020 at Darkness
- 1 - Comme un vertige supposé comme des blancs qui se succèdent au rebord des vertiges en terrasse des visions en terrasse des rêves qui s'extirpent des ombres Des clartés dessinées ou oubliées ou dilapidées Ces grandeurs qui basculent et dégringolent . Tout est répertoire de répétitions Tout est ressemblance et dissemblance marqué d'un feu qui monte. Des particularités fausses qui trempent dans le passé. Et quand bien même nous serions sur des braises ou des cendres sans écume sans esprit juste une figuration en sépia comme tous les vertiges qui nous mènent. Il n'y a pas de coïncidence... Continue reading
Posted Feb 17, 2020 at Darkness
Image
Un monde nouveau Dans les villes, où les phrases paraissaient composées d'un seul jet, de cette façon, à la suite desquelles un monde nouveau viendra quand l'ancien mourra. Curieux de voir de telles imaginations qui ne croient pas à leur poste. Gardez-vous seulement de ne rien dire de ce qu'est mon énigme, mais j'imagine qu'il va s'agir de coups de feu ou de tranches d’éternité. Vient de paraitre chez TheBookEdition Continue reading
Posted Feb 16, 2020 at Darkness
Image
(Illustration Marvin E. Newman) Continue reading
Posted Nov 26, 2019 at Darkness
Grandeur nature des sentiments (13.01.2008) 1 - Entre les branches qui fouettent le sol, au-dessus des franges bleues d'un ciel devenu transparent et, plus haut, un blanc vide en liseré de l'horizon qui lui donne sa mesure et son firmament ; au faîte d'ailes d'oiseaux devenus indéchiffrables, le cœur s'arc-boute... Continue reading
Posted Nov 25, 2019 at Grandeur nature des sentiments
JFChénin has shared their blog Les terrasses du ciel
Nov 24, 2019