This is Jphiperinet's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Jphiperinet's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Jphiperinet
Recent Activity
Idem. La boule dans la gorge en tombant un jour là-dessus http://sig.tge-adonis.fr/Paris1942/ Une carte interactive des rafles d'enfants dans Paris. Sauf que là ce ne sont pas des chiffres, mais des adresses et des noms, des prénoms, des vies, des familles entières. Un des exemples les plus glaçants : Adresse : 8, RUE ALFRED DEHODENCQ Nombre d'enfants : 4 Liste des enfants BAUR, ANTOINE - 6 ans BAUR, FRANCINE - 3 ans BAUR, MYRIAM - 9 ans BAUR, PIERRE - 10 ans Je ne comprendrai jamais comment on peut faire ça. Et en rire ensuite, quelle que soit la raison. Simplement parce que j'imagine mes gosses dans cette situation. Forcément ça coupe net toute vélléité d'humour supposément noir (ce qui aurait bien marrer Desproges d'ailleurs).
Toggle Commented Oct 16, 2012 on [Sans titre] at Ladyblogue, l'éphémère en continu
1 reply
De l'avis général des participants, oui :)
1 reply
Tiens, ça donne envie de se refaire un indien à Paris :)
1 reply
Oui, j'ai prévu de demander quelques explications, je ne vois pas trop la logique qui opère : expliquer à des gamins de 9 ans et laisser ceux de 14 se démerder avec leurs questions...
1 reply
Tu sais ce qui nous est arrivé, donc le concept de mort pour les 2 plus grands est loin d'être abstrait. Pour des gosses de maternelle, oui j'ai un gros doute. En revanche, quand le grand de 14 ans m'a dit qu'à l'école, il n'y avait rien eu et qu'avec 2 potes ils avaient décidé de faire 1 minute de silence tous les 3 de leur propre chef durant l'intercours, j'ai eu la certitude que c'était un petit gars bien. Etonnamment, son frère cadet de 9 ans en CE2 dans la même école que le grand a eu des explications de la maîtresse et une minute de silence pour toute la classe. Etrange...
1 reply
Pas facile comme exercice (des 2 côtés d'ailleurs) : poser les bonnes questions, donner les bonnes réponses et surtout savoir les retranscrire des jours après sans les dénaturer ni les les interpréter... Ce qui est la tentation la plus difficile à éviter, puisqu'elle est humaine. Et là tu touches du doigt (enfin tu fais comme tu veux) le pourquoi de la paranoïa des personnalités publiques qui vivent ça des dizaines de fois par semaine...
1 reply
P.S. c'est "conf call" :P
1 reply
Ahaha, assez (très vrai). Bon, j'ai + 15 ans web dans les jambes, et je n'avais pas encore mis les pieds dans ce truc. A décharge pour eux, il faut prendre en compte le fait que le plateau, les invités, tout est en anglais (les confs et les présentations aussi), car le public qui y assiste est réellement international. Enfin, US et Europe (du nord), principalement. Du coup, on assiste à de savoureuses interventions en anglais de français avec un savoureux accent, le tout à Saint Denis. Le téléscopage est assez comique dans le fond. Cette année j'avais donc décidé de trainer mes guêtres, pas pour me montrer ou réseauter (2 matières dans lesquelles j'ai un 0 pointé), mais pour assister à 3 confs qui m'intéressaient réellement pour mon boulot. Et là, j'ai eu la confirmation de ce que j'avais déjà ressenti en allant à d'autres évenements plus mineurs, mais du même acabit : il y a 2 webs. Il y a le web du cambouis, celui dans lequel je me sens à l'aise, où les gens font, testent, se plantent ou réussissent, mais essaient de défricher et de faire ça intelligemment, que ce soit avec un objectif lucratif ou non. Et puis il y a le web champagne et paillettes, un monde de bisounours en surface, mais finalement assez violent, où on cherche à lever des fonds, où se (re)vendre, on utilise plein d'acronymes en espérant que le mec en face ne les connaisse pas histoire de l'impressionner. Parfois au milieu de cette gangue on déterre quelque chose de bien, mais si on vient y chercher du concret, il faut passer son chemin. On y exhibe son carnet d'adresses, son réseau, ses followers, ses courbes de progression. Bref, le show est bien rôdé. Maintenant, il faut reconnaitre une chose à Le Meur (et pourtant, je ne suis pas un des plus grands fans) : il (et sa femme aussi, beaucoup, d'ailleurs) a réussi à créer un truc majeur dans cette industrie autre part que dans la Silicon Valley. Pendant 3 jours, la majeure partie de ce web est là. Et comme c'est en partie elle qui fait la pluie et le beau temps dans cette industrie, c'est peut-être un mal nécessaire. D'autant que l'évènement est très bien organisé maintenant, sur la forme et le fond. Mais vraiment, 2300 euros pour les 3 jours, il faut les sortir si on vient développer son activité. Sur les 4 confs que j'ai suivies hier, seule le tiers d'une d'entre elles m'a réellement interpellé. Pour le reste, je me suis un peu étranglé. Mais c'est un peu la loi du genre dans le domaine.
1 reply
Mine de rien, au siècle dernier, ils avaient tout raconté en 4 minutes : http://www.youtube.com/watch?v=NJLVJU8eOBA . Mais à l'époque, le seul point qui importait , c'était la signification de "NTM". Dommage. Pour les frasques, il y en a eu avant, il y en aura après http://fr.wikipedia.org/wiki/Keith_Moon
1 reply
Comme quoi le week-end de la Toussaint peut apporter son lot de bonnes nouvelles.
Toggle Commented Nov 2, 2011 on Calme at Ladyblogue, l'éphémère en continu
1 reply
Les gens qu'on aime partent meurent toujours trop jeunes.
1 reply
Mince... Courage, on pense à toi.
Toggle Commented Oct 11, 2011 on Mal at Ladyblogue, l'éphémère en continu
1 reply
"Ils foutent quoi les journalistes ?" Sur les 20 H ? Pas grand chose. Enfin, ceux dont les sujets sont sélectionnés durant la conf de rédac. Parce qu'un sujet racole et vite fait (un correspondant à 500 bornes, ça coûte moins cher qu'un dingo qui va creuser pendant des semaines voire plus un sujet à la con dont on n'a pas trop envie d'entendre parler). Le vrai sujet, c'est la pérennité de l'info et en filigrane une vieille ficelle qui vaut dans beaucoup de domaines : moins on pousse les gens à réfléchir, plus ils deviennent idiots. Bin oui. Et c'est la grande mode aujourd'hui : du facile, vite fait, en gros volumes. De cette manière, le cerveau sature et ne retient rien. Ce qui évite de se poser les vraies questions. Oui, je suis très optimiste en ce moment, je sais.
1 reply
Qu'une fois de plus, rose pour les filles, et bleus pour les garçons (je suppose)... #onfaitdusurplace
1 reply
Arrrgh, ça me rappelle de "bons" souvenirs, tiens... Je crois que "Sophiedu33" a tapé dans le mille... Elle a tout pigé la petite. Hélas, il y a autant de solutions que d'enfants et de parents, mais de notre côté, on a remarqué que la réaction du petit dernier n'était pas la même si c'était maman ou papa qui le laissait à la crèche. En résumé avec maman ça se passe plutôt bien, avec moi il pleure plus souvent quand je pars. C'est de la psy de comptoir, mais je pense que c'est parce que je n'ai pas envie de le laisser (mais alors pas du tout) et suis d'un naturel hyper anxieux, alors que sa maman c'est tout l'inverse (oui, j'assume, j'ai un adn de fille camouflé derrière un sale caractère et une éducation très raide). En fait, quasi quotidiennement, je ne peux pas m'empêcher de me mettre à sa place et d'imaginer le choc que c'est à cet âge de passer du cocon de la maison avec bisous/rires des frangins/jeux à la crèche avec son lot de gamins plus ou moins "en forme". Il est pourtant hyper sociable, passe son temps à se marrer, mais ce moment est toujours critique. Et chaque matin, j'ai beau lui parler et faire genre "tout va bien, papa est cool, on va tous passer une bonne journée" sur la route, j'ai une putain de boule dans la gorge pendant 10/15 minutes quand je repars... Et je crois qu'il le sait bien. Et cette foutue phrase "ça passera avec le temps" ne me calme pas, bien au contraire, et me gonfle plus que tout.
1 reply
Je vais faire une généralité à 2 balles, mais c'est du vécu. J'ai 3 gars, de 2 à 12 ans. Nous vivons dans ce qui peut être considéré comme un microcosme plutôt protégé/privilégié. Microcosme dans lequel je n'ai pas été élevé, au contraire. Je m'envoie donc les réunions de parents d'élèves, la crèche et tout le toutim et vois donc passer un échantillon assez large de gosses et de parents. Nous avons quelques couples homos qui justement souffrent de ne pas pouvoir aimer et élever un enfant. Et souvent, quand je vois des gosses laissés à l'abandon (avec bonus bonne conscience console/portable/tv/biffetons de 50 dans les poches), je me dis qu'il est franchement hypocrite de croire que des parents hétéros qui ont fait des gosses par besoin de reconnaissance sociale et n'assumant pas leur rôle de parents (pas toujours rose, c'est vrai) ne soient jamais emmerdés, pendant que des homos bien plus concernés sont fustigés d'entrée de jeu sur leur envie et capacité à faire d'un enfant un adulte équilibré et heureux. Maintenant oui, je l'avoue ce sont des généralités à 2 balles. Mais vécues au quotidien.
1 reply
Jphiperinet is now following The Typepad Team
Sep 21, 2010