This is Lcaggini's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Lcaggini's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Lcaggini
FRANCE
www.luce-caggini.com
Interests: Lire avec plus ou moins d' intérêt les réactions affichées sur le blog de Philippe Bilger :d' où il en résulte un regard assez incrédule sur les pseudos -experts, les agressifs - non - experts , rarement ou jamais historiens , presque jamais d'artistes créateurs, , les politiqueux, les courageux à visage cagoulé,et les autres . Pour prévenir toute discussion , je me range,sans tambour ni trompette dans ceux qui regardent , apprennent ,font un choix, ceux qui , une fois pour toutes ont été « cassés » dans la vie par une certaine idée de la France . Thanks, God!Il y eut l 'Amérique et le don magique d' être une artiste engagée dans sa vie .
Recent Activity
Il y a peu, j'osais, avant qu'elle ne se dédouane, au sujet de Mme Boutin : "Pitié, délivrez-nous de cette madone de foi sonnante et trébuchante déjà insoutenable sur les ondes et maintenant lourde à digérer". Aujourd'hui, à genoux, je me prosterne sans voix.
Toggle Commented Jun 20, 2010 on La France de L'Oréal at Justice au Singulier
Excellente prestation de votre part à l'image, soutenue par Me Dupond-Moretti et moi-même !
De la part de Luce Caggini : une chrétienne née sur la terre arabe... S'agissait-il vraiment d'être vieux jeu ? Je lis sur le dictionnaire des synonymes : "vieux jeu" : académique, âgé, etc. Ma génération est un peu la vôtre. Même en tant qu'artiste incompétente en droit et en lois, je suis apte à être comprise et valide à comprendre les mots profé­rés par un ministre. Le philtre des mots est des plus disséqués sur le net. Malaises, compréhension sont deux alliages en prise directe avec le mot racisme. Je sais peser et mener mes options sans être déferlante ni amné­sique, me direz-vous que je suis vieux jeu ? Il reste un malaise d'importance. D'un mot à l'autre, l'agacement et le mot gloire du ministre est l'arme principale du "veni vedi vici". M. Hortefeux n'a rien vu, rien vaincu, il a été purement et sim­plement porté, terni par la muse de la marée noire du racisme. La gloire de Monsieur le Ministre est en effet sinistre et le catas­trophique agent de la médiatisation de sa pensée spontanément prise en défaut de respect des maghrébins.
Toggle Commented Jun 6, 2010 on Suis-je "vieux jeu" ? at Justice au Singulier
Cher Monsieur Bilger, En tant qu'artiste, non totalement déconnectée des agitations du pays où je vis, je lis votre billet avec intérêt et dans le même temps, je me de­mande jusqu'où vous-même, si je peux me permettre, y croyez. Dans mon univers dont le souci majeur n'est altéré ni par le Dow Jones ni par le CAC 40, le timbre des milliards qui valsent d'un pays à l'autre en l'espace d'une journée, où les hommes politiques rivalisent de péroraisons, de manœuvres habiles, qui tiennent lieu de haut rang sur la scène de la Comédie Française, où les sourires n'arrivent pas même à travestir le contentement de leurs egos, je me demande quel est le sens de la formule : « Défenseur des droits ». Entre un ministre de la Culture qui ne s'adresse qu'à ses pairs, une équipe ministérielle arrogante et satisfaite de ses prouesses, une présidence ambitieuse mais non conditionnée pour satisfaire son désir démesuré de noblesse de cœur et d'esprit, qui est intègre ? qui est responsable ? qui mène et qui est mené ? Dans le dédale des méandres du monde politique, une farinade d'hommes plus ou moins compétents, élus, certes mais dignes ? Incertain. La citoyenne de base que je suis a le sentiment d'être démunie de marge de manœuvre et de ne monopoliser qu'un malheureux rôle de potiche non décorative. Vous citiez la tradition française ? Luce Caggini
Cher Monsieur Bilger, Je ne soumettrai comme épitaphe à votre juste appréciation quant à la bienveillance du général pour « nous autres les pieds-noirs » que ma reconnaissance à votre égard pour la justesse de votre jugement et le sentiment d'une réhabilitation.
Toggle Commented May 7, 2010 on La vraie croix gaulliste ? at Justice au Singulier
Cher Monsieur Bilger, Oui, Monsieur Minc, regards en vrilles, sourire en coin, a alloti parfaitement dans la séquence matinale de France Inter la masse votante et pensante en deux sections. D'un côté, les Gazaouis, "ploucs", et de l'autre la pensée du meilleur de l'élite : les puissants qui drainent les esprits faciles à séduire, au profit d'une caste à têtes multiples, rouée, savante. Une partition mozartienne, ciel ! Détournement haïssable ! Vite à l'écoute de Mozart,celui qui fut un passionné, maître à vivre du "léger", recalé à l'accession du mot pouvoir.
Cher Monsieur Bilger, Je sais bien pourquoi je déguerpis à grandes enjambées de ce "blues républicain" vi­goureusement valorisé par un discours au goût d'abandon : "le roi est mort, vive le roi". Réalisez, avec l'illusion d'un ayant droit au virus de la magie de l'image, j'ai encore la résonance de certaines promesses avec valeur ajoutée à la condition efficiente de la république, qui se dissout dans le fondu enchaîné d'un miroir aux alouettes sans tain et sans esprit de cohésion du pouvoir d'un chef digne de ce nom." Luce Caggini
Toggle Commented Mar 7, 2010 on Mélancolie démocratique at Justice au Singulier
Lcaggini is now following TypePad France
Mar 7, 2010