This is Louis Nauges's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Louis Nauges's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Louis Nauges
Europe
https://www.dhasel.com/
Interests: Cloud Computing, SaaS, Revolution Industrielle Informatique, Moderniser son SI
Recent Activity
@Pat Je n'ai jamais parlé des solutions grand public, qui ne sont pas le sujet de ce billet. Il n'y a pas que Free qui est sorti d'AD, mais c'est une référence intéressante, merci.
1 reply
@ Pierre Je ne suis pas certain que vous ayez compris l'humour de ma remarque sur les ERP ! Si vous aviez lu le texte, vous auriez compris que j'en suis un farouche opposant. S'attaquer à Excel, c'est un sujet très "sensible" comme le montrent tous ces commentaires. Je suis un grand partisan des usages légers, adaptés aux véritables attentes des différents profils de personnes, dans des métiers différents. C'est le sujet que j'ai abordé en parlant de SoE, Systems of Engagement. Excel est un outil très puissant, qui a été utilisé de manière déraisonnable dans beaucoup de situation, mais comme je l'ai écrit, souvent parce que les outils du SI étaient déficients. Ma réponse est double : - Mettre de l'ordre dans les données pour avoir des contenus fiables, communs et partageables - Utiliser des outils modernes, Web, pour construire des applications simples et légères, adaptées à chaque métier. - De nouvelles générations d'outils, beaucoup plus ergonomiques et performantes qu'Excel existent aujourd'hui. - Regardez par exemple AirTable, un remarquable outil SaaS dans le cloud qui devrait, je l'espère remplacer progressivement les anciennes applications Excel, prisonnières des postes de travail individuels.
1 reply
@ Patrice Grenier Désolé, mais je ne comprends pas votre commentaire. Je n'ai jamais éliminé des commentaires sur mon blog et n'ai pas connaissance d'une réponse de M de Lespinay à ma réponse à son premier commentaire.
1 reply
@ Arnaud Un très grand merci pour ce message qui vient du continent nord américain, Canada et Etats-Unis. Je vous rejoins sur beaucoup de points, tels que la difficulté d'expérimenter sur le vieux continent, où le "Principe de Précaution" continue de faire des ravages. Je vous rejoins surtout sur le danger que représente le Président Donald Trump, qui n'a jamais utilisé un ordinateur de sa vie, représente pour la compétitivité actuelle des Etats-Unis, surtout quand on le compare à Xi JingPing qui a comme livre de chevet la bible de l'IA, "Master Algorithm" de Pedro Domingos. Vous m'avez donné une bonne idée ; je ferai le point, fin 2019, sur ce thème en utilisant des données actualisées et on verra à quelle vitesse la Chine avance par rapport aux Etats-Unis et à l'Europe.
1 reply
@ Pat. Je vais essayer de répondre à cette bonne question. L'IA, pour fonctionner, demande de la puissance de calcul sans limites, des capacités de stockage de données sans limites, des milliards de données fournies par des milliards de clients. Tout ceci est disponible dans les grands clouds publics, et seulement dans ces environnements. Tous les projets opérationnels d'IA sur lesquels je travaille en ce moment sont construits dans des clouds publics, avec des entreprises qui ont déjà pris ce virage. L'essentiel des outils que je cite, tels que TensorFlow, des processeurs dédiés IA sont disponibles dans ces clouds publics. En résumé, le cloud public est un préalable à tout projet IA sérieux.
1 reply
@ Cléo Le changement de lien a été fait. Je travaille depuis quelques jours avec un Chromebook de dernière génération ACER SPIN 13 et j'en suis très content.
1 reply
@ Stéphane Je connais bien Tarik Krim et je continue à utiliser quotidiennement l'un de ses produits, Netvibes, vendu depuis à Dassault Systèmes. Dans son texte que vous citez, (et que j'avais lu avant de publier mon billet), il fait une analyse remarquable des erreurs du passé, et j'en partage pour l'essentiel les idées. Mon propos est plus prospectif : acceptons les erreurs du passé, qu'il est impossible de corriger aujourd'hui, en particulier dans les infrastructures de Cloud Public, pour ne pas perdre la prochaine guerre. Trois des "GAFAM", Google, Amazon et Microsoft, peuvent devenir des alliés solides de l'Europe pour, ensemble créer un contre-pouvoir solide face à la Chine. Le fait que ces trois acteurs aient déjà créé des équipes de R&D en IA en Europe va dans ce sens. Pourquoi ce message d'alarme ? Si on ne va pas dans ce sens, très rapidement, l'Europe sera rayée de la carte mondiale de l'IA dès 2025, c'est une certitude pour moi. Le "Pari de Pascal" d'un accord Etats-Unis Europe est à risque très faible, et potentiel plus fort. Cela reste un pari, que l'Europe n'est pas certaine de gagner, mais ce serait criminel de ne pas essayer.
1 reply
Image
Je souhaite à tous celles et ceux qui me feront l’honneur de lire ce billet une excellente année 2019, avec beaucoup de réussite dans vos actions de Transformation Numérique. Je commence souvent l’année avec un billet sur un thème que... Continue reading
Posted Jan 6, 2019 at Louis Naugès
@Patrick Je suis d'accord avec vous sur la deuxième partie de votre commentaire : la nécessité de changer de CEO. Par contre, sur le fait que ce soit une très bonne décision, tout mon texte montre que je pense vraiment... le contraire !
1 reply
@ Ricardo Les référentiels sont complexes, mais peu volumineux. Les données "indépendantes", entre les SoR et les SoE, permettent beaucoup de flexibilité dans les usages. Les référentiels ont un rôle clef, garantir la cohérence et l'unicité des données stockées.
Toggle Commented Dec 21, 2018 on MDM : Modern Data Management at Louis Naugès
1 reply
@ Frédéric Les choix faits par la Présidente actuelle d'IBM n'ont clairement pas engendré de la croissance, au contraire. Sera-t-elle encore Présidente dans 6 mois ? Pas certain.
1 reply
@ Ricardo Vous posez une question complexe. Reltio est un excellent MDM moderne, fonctionnant dans le Cloud, mais il ne sait pas tout faire ni répondre à toutes les attentes. Le plus simple : les contacter et leur présenter en détail vos attentes. Ils vous diront rapidement s'ils sont une réponse raisonnable.
Toggle Commented Dec 20, 2018 on MDM : Modern Data Management at Louis Naugès
1 reply
@Frédéric & Pat C'est effectivement une question clef pour IBM : comment se réinventer ? Microsoft l'a réussi en changeant de PDG ; IBM aurait aussi besoin d'un nouveau PDG de rupture qui ne joue pas la bourse en priorité, mais un vrai retour aux fondamentaux et à l'expertise technique. Le redressement d'IBM dans les années 90 c'est aussi faite avec un changement de PDG ! Ce n'est pas une renaissance que l'on peut réussir souvent.
1 reply
@Arthur Oui, RCS est en phase de démarrage et les opérateurs n'ont pas tous fait des annonces "officielles". J'ai cependant reçu un message de.... Orange me proposant RCS ! Mon pronostic : RCS sera testé par beaucoup d'opérateurs en 2019 et vraiment déployé à partir de 2020.
1 reply
@Pat Réponse simple : oui, le cloud hybride n'est pas une destination, mais une étape entre le monde des centres de calcul historiques et celui des clouds publics. L'enquête que vous citez a été sponsorisée par Nutanix qui propose des solutions... internes ! La croissance du CA d'AWS est de 50 % par an ; ce sont de vrais chiffres du terrain, et non pas le résultats d'une enquête auprès d'un échantillon qui est probablement peu représentatif du marché global.
1 reply
@AS Je suis heureux que ce texte crée des débats et des échanges dans votre organisation. Je suis souvent en Afrique en ce moment, pratiquement tous les mois ; mon prochain voyage dans 15 jours au Maroc. Le Cloud et XaaS, tout as a Service est la seule piste valable pour les pays africains ; c'est pour eux le moyen de rattraper, rapidement, les continents plus avancés dans leur Transformation Numérique. Une entreprise africaine, un gouvernement, une université de ces pays peuvent mettre en œuvre, aujourd'hui, les meilleures solutions du monde en infrastructures (IaaS), usages (SaaS) et développement (Paas). Contrairement à ce que vous pensez, le XaaS est beaucoup plus "gouvernable" que les solutions historiques tels que les ERP. Les équipes internes peuvent REINTERNALISER le pilotage des solutions XaaS. Il est aussi beaucoup plus facile de changer, composant par composant, des briques XaaS pour faire évoluer son SI. La condition essentielle pour passer en XaaS en Afrique est la disponibilité de réseaux rapides, ce qui est de plus en plus le cas. D'ici à 2021, un changement majeur va se produire et avoir un impact majeur en Afrique: l'arrivée de plusieurs réseaux de centaines de micro-satellites qui fourniront, partout dans le monde un minimum de 100 Mb/s. XaaS + réseaux rapides = l'avenir du numérique en Afrique.
1 reply
@Ftricot Merci de cette analyse complémentaire très utile. Le fait que Red Hat ne soit pas une option majeure est un point clef ; il y a peu d'adhérences à leurs solutions, aussi bien historiques, RHEL que cloud avec OpenShift. Il y a beaucoup plus d'adhérences aux solutions Mainframe IBM !
1 reply
@JLB Votre commentaire confirme le sentiment général des commentaires ; le pessimisme est de mise, dommage pour IBM et ses salariés.
1 reply
@FrosT AWS a un début d'offre concurrente de G Suite et Office 365, mais je ne sens pas une volonté forte de la promouvoir. Ce duopole va donc durer encore longtemps et les entreprises ne changent pas facilement d'outils de bureautique... Concernant la réalité des usages IaaS d'Azure, il est impossible le la connaître car Microsoft ne donne pas la répartition de son CA "Cloud" qui est, pour l'essentiel, celui de Office 365.
1 reply
@FrosT Oui, il peut rester un peu d'hybride très léger dans de grandes entreprises. Il est par exemple encore impossible de porter en IaaS des solutions Mainframe, même si des solutions de migration vers des serveurs x86 existent : j'en ai parlé dans mon blog. Azure vs AWS ? mon analyse est très différente : beaucoup de grands clients choisissent deux acteurs IaaS, AWS et Google ou AWS et Azure. Sur le dernier trimestre le taux de croissance d'Azure était le même que celui d'AWS ; comme le niveau d'activité d'AWS est beaucoup plus élevé, cela signifie qu'AWS a augmenté beaucoup plus son activité en valeur absolue. Concernant les fusions, vous avez raison, elles sont difficiles à réaliser. LinkedIn et Mulesoft peuvent être des succès, mais il faudra encore attendre un peu pour en avoir la confirmation.
1 reply
@David Je ne connais pas beaucoup d'autres entreprises prêtes à surpayer (+60%) Red Hat. Je ne suis pas non plus convaincu que Red Hat a beaucoup de potentiel à moyen terme. Par contre, je ne suis pas compétent pour évaluer les impacts sur ses réseaux de partenaires et de contrats de consulting. Les chiffres de 2017 pour Red Hat en formation et services sont faibles, inférieur à 15 % du CA total.
1 reply
@Alain Merci pour ces encouragements. Notre industrie vit des heures passionnantes, et beaucoup d'acteurs historiques comme IBM ont beaucoup de mal à s'adapter...
1 reply
Image
Dans une annonce qui a surpris beaucoup de monde, IBM a annoncé le dimanche 28 octobre 2018 (les marchés financiers sont fermés le dimanche) son intention d’acheter Red Hat, société surtout connue pour sa version professionnelle de Linux, utilisée en... Continue reading
Posted Nov 5, 2018 at Louis Naugès
23
@Louis Merci pour vos encouragements. Je n'ai pas de version en anglais, mais vous pourriez utiliser Google Translate pour avoir une version "très raisonnable". Le bouton translate est disponible sur la droite du texte. La grande majorité des graphiques et images sont, soit nativement en anglais, soit faciles à comprendre. Bon courage dans votre projet de vous libérer de ces deux ERP ; un double défi !
1 reply
@ Fabien (suite) Vous avez très bien identifié quelques uns des processus différents qu'ils faut mettre en œuvre : - Traduire commandes et prévisions en plans de production. Des dizaines de solutions SaaS de gestion commerciale et prévisionnelles existent depuis longtemps. - Gestion des gammes, des référentiels techniques : c'est un sujet essentiel, pour lequel des outils de gestion intelligente des données commencent à apparaître. - Gestion des achats : autre processus qui fait le lien entre commandes, prévisions et plans de production. D'excellentes solutions SaaS, telles que Coupa, existent pour ces processus achats. En combinant des solutions SaaS "best of breed", de la gestion intelligente des données et quelques développements PaaS spécifiques, il est possible de construire une solution numérique moderne qui colle à la réalité du terrain. C'est difficile, oui, mais cela crée beaucoup de valeur !
1 reply