This is Portablegenomic's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Portablegenomic's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Portablegenomic
Recent Activity
...mais il n'y a pas à ma connaissance de start-up ici, équivalente à 23andme.. C’est vrai, elles sont toutes parties à l’étranger.
Hi there, Thanx for you interest and mention of GeneGroove. Very kind of yours. Just to mention, GeneGroove needs artists, it doesn't want to live without artists. GeneGroove is more a process of re-creation of music based on genome data rather than a sound generator. GeneGroove needs artist's music samples to re-create melodies from. I invite artists to contact us to try the process. We have genomes you have music, let's have a remix party. Music will sounds yours but will be totally new. The GeneGroove Team
1 reply
@ JMB, je partage bien evidemment vos commentaires. Plusieurs ajouts: 1- j'avais repondu à la grande enquete du ministere de l'economie numerique en juillet 2010. Un chapitre concernait l'e-santé. Publié en oct. Nov 2010, ce ministere se félicitait des reponses, seulement 32 personnes ayant repondu à la partie e-santé !!! Premier constat, franchement, mais qui s'interesse à l'e-santé en France ? Bon, Ok, on peut aussi dire, mais qui s'interesse au ministère de l'economie numérique ? Et ses enquetes qui passent inapercues? Si eux n'arrivent pas à communiquer numeriquement, alors la France est foutue, on parle quand meme du ministere de l'economie numerique ! 2- j'ai assité de Bordeaux, à la journée tele-sante. Plusieurs constats. L'organisation parfaite, ca a vraiment bien fonctionné. Chapeau. Ensuite, l'ASIP et autres sigles qu'on oublie vite tellement ils sont nbreux, montrent qu'une fois de plus on est entrain de créer un mille-feuilles d'institutions pour l'e-santé, où vont se perdre les financements et les energies, ou tout le monde va se renvoyer la balle quand on parlera reglementations, remboursements des actes d'e-santé...etc. Un truc qui a bcp fait rire à Bordeaux. L'intervenant en ouverture, responsable ASIP me semble-t-il, a parlé de 2011 comme l'année 01 de l'e-santé. Le cardiologue de bdx qui a commencé à utiliser des protheses cardiaque télésurveillées dès 2001 l'aura fait remarquer lors de son intervention. L'e-santé existe déjà depuis longtemps, il faut qu'à l'asip ils se reveillent. C'est bien significatif du décalage qui existe entre les politiques et le terrain. Ce cardiologue aura meme fait remarquer qu'il se battait depuis des annees pour le remboursement de ces actes de tele sante, pour qui notre gouvernement fait tjrs la sourde oreille. C'est ca aussi le probleme de la telesanté. Et pour achever le tout, ces actes de telesurveillance de protheses cardiaques, a Bdx, sont toujours financees par des budgets recherche. C'est à pleurer, ca non? Tellement triste. Toujours lors de cette journée e-santé, j'ai remarqué que pour les intervenants, l'e-santé c'etait surtout des solutions communiquantes pour les institutions, les medecins, les institutions, les médecins.....pratiquement aucun mot de solutions d'e-sante au service des patients, pour le patient, que ca soit lui qui utilise de tels outils. Rien. L'e-sante en France ne sera pas dans les mains du patient, clairement. Dans ces conditions comment va-t-on y arriver en France si on ne parle pas des patients? Alors, moi, les interventions de Google et Microsoft j'ai pas l'intention de les diaboliser. Ils ont des solutions de dmp qui fonctionnent, qui sont gratuites pour les patients, mais payantes pour les institutions ds des relations B2B. Ca me choque pas du tout. En France leurs solutions sont interdites, oui interdites, alors que d'autres pays europeens les utilisent. On croit rever quand meme. Jean-Michel, vous devriez essayer microsoft healthvault dès que vous pouvez pour vos data. Mon opinion, nous n'aurons pas de revolution e-sante sans les entreprises privées, les startup innovantes, et autres initiatives commerciales. Et oui on peut etre ethique, preserver la confidentialite des data medicales, les proteger, tout en ayant des initiatives entrepreneuriales qui ont pour but AUSSI de gagner de l'argent. Mais qui surtout mettront bien plus rapidement le patient au centre de cette revolution.
Denise, je partage tout a fait vos commentaires. Surtout: ...attention à l'attitude très humaine qui consiste à mettre en avant LA limite d'une innovation avant d'en exposer les mérites... Plus que "tres humaine" j'aurai dit "tres francaise". Nos nouveaux ministres reussiront-ils a changer cela? Avec E. Besson a l'economie numerique, peut-on vraimment s'attendre a des changements majeurs pour l'e-sante?
Denise, Nathalie, Merci de cette discussion. Nathalie je bois vos paroles, mais pour l'instant, ce n'est pour moi qu'un écran de fumée, du vent. Il faut se rendre à l'évidence, l'enquête menée cet été, est un échec et non pas un franc succès comme annoncé sur le site du ministère. Avec seulement 32 personnes en France ayant répondu au chapitre de l'eSanté, comment peut-on parler d'un succès, et comment peut-on faire valoir, l'intérêt de la France pour les technologies de l'eSanté? J'ai proposé mon aide pour lancer des discussions, en particulier avec ses 32 'participants' au chapitre eSanté, puisque nous sommes peu nombreux, allons-y, le ministère me répond, si on a besoin de vous on va rappellera. Très constructif. Je pense que Nathalie se trompe quand elle parle des startups qui partent aux USA parce que le marché est plus grand là bas. Je viens de créer une startup de wireless healthcare aux USA, et aux USA uniquement, parce que la France et ses institutions n'ont pas voulu m'aider. Malgré votre bonne volonté Mme Kosciusko. Voila la réalité du terrain. Les opportunités technologiques ne peuvent pas se permettre d'attendre indéfiniment les fonds de ce grand emprunt, qui vous nous le dites, vont passer par des appels d'offres, pour obtention des fonds en...2012? L'ère du numérique va beaucoup plus vite que cela. Aussi, parce que les américains croient en ce type de projet ayant des marchés totalement nouveaux, comme celui de la médecine génomique qui m'interesse plus particlièrement. Parce que aux USA on ne me prend pas pour un reveur, et surtout on ne m'oppose pas une régulation bioéthique incompréhensible à l'heure d'internet 2.0 et de la numérisation des individus. La France ne veut toujours pas miser sur des marchés de rupture, dont ceux en développement rapide aux USA, autour des réseaux sociaux et de la médecine personnalisée et participative. Nos institutions françaises attendent uniquement des technologies de rupture, des rentabilités à cours terme. Elles ne prennent meme pas le temps de penser 'marchés'. Franchement, toutes les bonne idées seront partiesailleurs il y a bien longtemps, d'ici que cet argent arrive aux acteurs de terrain. Meme Alain Juppé en Mai dernier, rapportait son inquiétude sur cette distribution d'argent aux vrais acteurs de la relance. Une fois de plus, ces fonds seront attribués aux différentes institutions francaises, supposées faciliter la création d'entreprises et la relance économique, comme OSEO qui m'a recommandé d'aller m'installer...aux USA. Le monde à l'envers.
Portablegenomic is now following The Typepad Team
Mar 30, 2010