This is Safia Amor's Typepad Profile.
Join Typepad and start following Safia Amor's activity
Join Now!
Already a member? Sign In
Safia Amor
je suis journaliste, auteur et hypocodriaque.
Interests: la lecture (les polars, surtout !) le cinéma, le chocolat (noir), la boxe et mon vélo.
Recent Activity
Image
Récemment, j'ai revu Hannah et ses soeurs. L'histoire de Mickey, producteur d'émissions de radio déprimé ... qui hésite entre sa femme et les soeurs de cette dernière; tout en s'interrogeant sur la présence de Dieu m'a bien fait rire. Ma scène préférée, que j'aime voir et revoir (je ne l'ai pas trouvée en français), parlera à tous les hypocondriaques de la terre. Regardez-la et dites-moi si vous aussi cela ne vous est pas arrivé de ressortir dépité, déprimé, dégoûté, ratatiné de chez un médecin qui vous prescrit un examen complémentaire. On se dit aussitôt : "il a une idée derrière... Continue reading
Image
ça vous fait ça vous aussi de temps en temps ... un mal de tête fulgurant qui arrive sans crier gare ? Le truc qui vous terrasse sur place ou que vous pensez qu’il va vous faire crever d’un coup d’un seul où que vous soyez. Bon, d’accord j’ai l’esprit mal tourné mais quand même une migraine pareille, ce n’est pas normal, si ? La dernière fois, j’’étais dans le bus, chargée comme un âne, serrée comme une sardine. A ma droite, une femme très grosse qui me collait ; à ma gauche un gars qui sentait l'oignon et devant... Continue reading
Image
J’ai ce qu’on appelle de la tachycardie ; autrement dit, de temps en temps, mon rythme cardiaque met le turbo. Et pour couronner le tout, cela se passe souvent au beau milieu de la nuit ... comme si ce n’était déjà pas assez angoissant d’avoir des palpitations en plein jour ! La dernière fois, il était 2H40 du matin quand je me suis réveillée, en sursaut, trempée de sueur ; mon coeur en pleine ascension de l’Himalaya. Vite, j’ai tâté et retâté mon pouls, paniquée par ce que je sentais sous mes doigts : 400 battements au lieu des 60... Continue reading
Image
Allez là, congés scolaires obligent je m’arrête un peu. “T’es malade ?” m’a demandé mon fils. Ben non, justement, je traite mon stress avant qu'il ne m'indispose. Je pense, je rêve. Je respire fort par le nez, je souffle à fond par la bouche. Je m’assois " simplement et sans affaire " comme disent les maîtres zen. Je me retrouve. Bon, je n’ai pas dit que c’était simple de rester, posée, pendant des heures (d’accord, des minutes plutôt ... faut bien un début !) les yeux dans le vague et les bras ballants. Surtout, ma nature étant plutôt volcanique, je... Continue reading
Image
La vérité sort de la bouche des enfants. Rien n'échappe à leur perspicacité ni à leur vivacité. Pas le moindre défaut, ni la plus petite tare physique ne passent inaperçus à leurs yeux perçants. Et pan, on se prend une réflexion dans les dents ! Après, soit, on file chez le docteur soit on se cache sous sa couette .. non sans avoir jeté un oeil son miroir. Miroir, mon beau miroir ... Florilège de perles entendues ça et là : Au cours d’un repas familial, un garçon à un (vieux) tonton : qu’est-ce qu’elles ont tes dents ? -... Continue reading
Image
On ne se voit pas vieillir. Enfin, pas trop. Et puis qu'importe l'âge à côté de la maladie, la souffrance, la dégradation physique ? J'ai déjà prévenu mon entourage : "si je me transforme en pot de chambre, un coup de massue et hop, 6 pieds sous terre ! Bon, mais si vieillir ne m'empêche pas de dormir, j'apprécie moyennement qu'on me fasse remarquer mon âge. Comme ma fille, à qui je demandais, en sortant d'un cours de boxe, quelle était, d'après elle, la plus âgée, parmi mes copines de sac et qui m'a répondu :"ben, maman, c'est toi bien... Continue reading
Image
Alors que démarre la 16ème campagne Sidaction ce jour (elle se poursuivra jusqu'au 28 mars), je lisais ce matin des chiffres effarants sur cette maladie qui continue de tuer 1500 personnes chaque année notamment des personnes dépistées trop tard ! L'infection ferait encore entre 7000 et 8000 nouvelles contaminations par an. On estime entre 130.000 et 140.000 personnes séropositives en France et à 40.000 ceux qui ne sont pas au courant de leur maladie. Et je les vois les regards en coin, lourds de sous-entendus, je les entends les commentaires de gens bien renseignés, bien intentionnés aussi, pas mes amis,... Continue reading
Image
Voilà plus d'un mois que je n'avais pas écrit sur ce blog. Rire des problèmes de santé, je n'y arrivais plus. Faire la maline avec mes palpitations, mes douleurs et mes humeurs, ce 'était pas facile. Pourquoi ? Parce que récemment, j'ai été confrontée à la maladie. La vraie. Avec tout son cortège d'horreurs, l'hôpital, son cadre à pleurer avec ses couloirs jaunes pisseux et son lino brillant, ses odeurs fortes, sa chaleur insupportable, les piqûres, les analyses et les médocs sur le chariot métallique, la froideur de la plupart des médecins, l'arrogance de certains pontes .. Et cette promiscuité... Continue reading
Image
Il y a un truc chez moi qui ne tourne pas rond : j’ai le vertige. Passe dans la vie de tous les jours à Paris, quoique les ponts, je préfère les éviter quand je suis à pieds !, mais dès qu’on décide de visiter un endroit qui ne soit pas plat, l’enfer commence. Pour moi et pour les autres. Au Maroc, il y a plusieurs années, nous nous étions retrouvés en voiture sur une route de montagne, abandonnée on ne l’a que appris plus tard, sauf par les camions, qui l’empruntaient à toute vitesse alors qu’il était en principe... Continue reading
Image
Quand j’ai le moral en berne et la forme au point mort, devinez mon secret pour remonter la pente ? Je craque pour du chocolat. Je croque dans une tablette, un macaron, un moelleux, un fondant, un rocher, une truffe ... Noir, bien sûr, pas au lait, beurk ! ni blanc, tout sauf du chocolat ! Le problème c’est que je ne mange pas qu’un seul petit morceau ... dommage pour mes fesses ! Non, quand cette envie vorace me prend, je suis capable d’engloutir une tablette entière, par exemple ! A la fin, je suis écoeurée par mon manque... Continue reading
Image
« Vous faites du sport ? « me demande le médecin du travail. « Du ...quoi ? » je lui réponds, en prenant un air ahuri. Bon, ok, je blague, c’était juste pour le taquiner, histoire de mesurer son sens de l’humour. Résultat : Néant. Je le savais bien ; Ce toubib m’étonnera toujours par son air de croque-mort, désabusé et sombre, son manque d'humour, surtout . Bon, mais, je ne me laisse pas impressionner et lance, fière de moi : « alors oui, je marche, je fais du vélo, je pratique la boxe de loisir et je cours un... Continue reading
oui, hein tout le monde ne vit pas les événements de la même façon même si au bout du compte on a notre jolie cerise sur le gâteau ! A bientôt PS et toi tu as un blog ?
cest vrai que le soleil apaise, régénère, reconstruit mais la grisaille parisienne na pas que des mauvais côtés, vous savez. email_header.png spacer.gif spacer.gif spacer.gif spacer.gif NOUVEAU ! Plus doptions pour répondre aux commentaires par e-mail : Pour répondre de façon privée à lauteur du commentaire, cliquez sur ladresse de lauteur du commentaire ci-dessous. Pour répondre publiquement, répondez à cet e-mail. Un nouveau commentaire de “sletan” a été reçu sur la note “Jaime les culottes Petit Bateau mais il y a des limites” du blog “je suis hypocondriaque mais je me soigne !”. Commentaire: il vous faut du SOLEIL pour eclairer tout ça , vous vivez contre votre nature!!! il me semble!!! Nom du commentateur: sletan Email du commentateur: sletanahmed@orange.fr Adresse IP : 92.133.207.58 Authentification: Aucun Profitez-en!
Image
Cela me prend d’un coup. Sans raison apparente. Je suis assise dans le métro et soudain, une pensée, insidieuse, maléfique, s’installe dans mon esprit. “Toc, toc”, me fait-elle. “Grrr”, je lui réponds. Certains matins, cela ne va pas plus loin. Mais il y a aussi les jours où, allez savoir pourquoi, -les gens agglutinés autour de moi, la chaleur dans la rame, l’obscurité du tunnel , un métro immobilisé ... -bref, la mauvaise pensée prend le dessus. S’insinue de plus belle dans ma tête. Et c’est le malaise qui monte, qui monte. Une sensation de chaud dans les méninges. Le... Continue reading
Image
Mon lave-vaisselle fait la crécelle ... Ma télé est complètement fêlée ... Ma chaise de boulot est KO ... Ma chaudière joue les mémères ... Mon ordi émet de drôles de bruits ... Le mur de ma Lolo a pris l’eau ... Bref, 2010 s’annonce sous les meilleurs augures ! Pour autant, il n’y a pas là de quoi paniquer ... tout cela n’est que matériel : tôle, briques ou bois, on est loin des vrais problèmes. De santé humaine, j’entends. Et moi j’ai décidé d’être (enfin) zen avec tout ce qui ne touche pas à ma personne ou celle... Continue reading
Image
Vous aimez mon blog ? Alors, faites-le savoir, cliquez sur : http://www.cosmopolitan.fr/concours_blogs/vote.php?id=13678 Continue reading
Image
Aujourd'hui, j'ai aperçu une jeune femme enceinte dans la rue. Un joli brin de fille, avec un gros ventre qu'elle arborait de façon charmante, fière de son état. Après plusieurs années et trois merveilleux enfants, quand j'y pense, je me dis que c'est tout le contraire de moi. D’abord, je me souviens de la grossesse, surtout à la fin, comme d'un calvaire ! Le corps qui s’épaissit, les seins qui s’alourdissent, l’acné qui fait son come back. Et les doigts boudinés, le souffle court, les cheveux secs comme mon paillasson ... Bref, enceinte, je me sentais baleine. Mais le pire... Continue reading
Image
Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je n’ai pas envie de faire de l’humour. La dernière fois que j’ai écrit c’était pour évoquer mon médecin idéal. Il s’agissait du Dr Francis Lévitan, généraliste. Aujourd’hui, je le nomme. Pour lui rendre hommage. Pour que chacun sache que le Dr Francis Lévitan était un médecin unique. Un de ceux qu’on n’aura plus la chance de consulter. J’en suis sûre. Il faisait partie de ces rares médecins qui écoutent et rassurent, surtout ne jugent pas et comprennent au quart de tour où se trouve la part du psycho dans la maladie “physique”. Ce... Continue reading
Image
Je sais que je vais faire grincer des dents et que certains me traiteront d’égoïste ou d’ingrate : MON docteur à moi, MON F.L est malade. Et ça m’embête. Bien sûr, je suis tracassée parce qu’il est souffrant mais je trouve aussi affreusement angoissant de me retrouver comme ça, démunie. Et s’il m’arrivait une tuile, qui consulter ? J’entends déjà la réponse de Madame-je-sais-tout (je ne la nommerais pas) ; « Ben un autre toubib, pardi, ce n’est quand même pas ce qui manque. Et toc !» Oui et non, il faut quand même savoir que, selon l'étude de la... Continue reading
Image
Je ne sais pas vous … mais moi, lorsque je feuillette un journal, la première page sur laquelle je me jette, c‘est celle des annonces de décès. La rubrique nécrologique. Je suis accro, c’est maladif. Non, je ne tiens pas à présenter mes condoléances à la famille ou aux amis des défunts. Non, je n’espère pas non plus identifier une personne connue dans ces colonnes morbides. Surtout pas. Je traque les moindres détails pouvant m’éclairer sur la personne décédée, analysant l’âge, la cause et le sexe des morts. Je me livre à de savantes statistiques. Par exemple, si je repère... Continue reading
Image
Vous parlez des hypocondriaques. L’êtes-vous vous-même ? Je l’étais, dans ma jeunesse. Heureusement avec le temps et en soignant les autres, j’ai guéri. Je suis devenu moins angoissé, plus zen. J’ai écrit ce carnet car j’aime bien faire un pas de côté pour parler de sujets parfois graves, comme l’hypocondrie, fléau national, ou la relation patient-médecin (un autre de mes livres « comment devenir un bon patient en 10 leçons, Robert Laffont). Rire oui, je suis pour, mais en expliquant et en donnant des clés, c’est mieux. Dans mon « carnet de santé » , par exemple, je livre des... Continue reading
Image
Ce matin, au réveil, tout allait bien jusqu'à ce que, subitement, je me mette à ressentir comme une gêne dans la poitrine. Je respirais, certes, mais pas à fond. L’air passait, mais mal. Oubien quelque chose bloquait mes poumons. Et puis, cette douleur sous les seins. Un pic qui s’installait, de plus en plus sensible, à gauche, sous la poitrine, entre deux côtes. Le cœur, bon sang ! Comment n’y avais-je pas pensé avant. Au moment où, sûr, j’allais m’évanouir, mon fils se leva. Je respirais à fond. Enfin, j’essayais car j’avais ce poids dans la poitrine qui empêchait l’oxygène... Continue reading
Image
Ce qui est agaçant quand on est hypocondriaque -en dehors de fait qu’on est hypocondriaque- c’est qu’à force de crier au loup, plus personne ne nous entend. Continue reading